Novak Djokovic
Novak Djokovic au service | GLYN KIRK / AFP

Masters: Djokovic mate Federer

Publié le , modifié le

Novak Djokovic (N.2) conserve un mince espoir de terminer l'année numéro 1 mondial (devant Nadal) grâce à sa victoire en trois sets sur Roger Federer (N.6) 6-4, 6-7(2), 6-2. Le Serbe prend la première place du groupe B avec Del Potro, vainqueur lundi de Gasquet en trois sets. Le Belgradois vient d'aligner son 18e succès consécutif depuis sa finale perdue à l'US Open.

Pour déloger Nadal de son piédestal avant la fin 2013, Djokovic doit gagner le Masters et ses deux matches de simple de la finale de la Coupe Davis en espérant que l'Espagnol perde ses deux matches de groupe contre Wawrinka mercredi puis Berdych vendredi. Dans les confrontations entre le Serbe et Federer, Djokovic n'est plus mené que 16-15. Il a surtout remporté 9 des 12 dernières, et la deuxième en seulement quatre jours. Le Suisse aux 17 titres du Grand Chelem (et aux 6 succès au Masters) n'avait plus perdu son premier match dans le tournoi des Maîtres depuis 2008, seule année où il n'avait pas passé les poules (en 11 éditions). 

Le premier set est magnifique. Les deux hommes évoluent à un très haut niveau et Federer se procure la première balle de break à 4-4. Dans le jeu suivant, Djokovic gâche une occasion mais pas deux. Il mène 5-4 et conclut derrière, profitant du faible pourcentage de points gagné par le Suisse sur sa seconde balle (50). Federer n’a marqué que 7 points gagnants (contre 15) même s’il a bien volleyé (4/5 au filet).

Djokovic increvable

La deuxième manche est plus décousue, les deux joueurs alternant le moyen et le sublime, par moments. Mais il s’agit d’un combat extraordinaire entre deux champions refusant d’abdiquer malgré la fatigue de fin de saison. Il dure 1h10 et permet à Federer de recoller après un superbe jeu décisif (7-2). Les deux hommes ont perdu deux fois chacun leur engagement et ils ont commis de nombreuses fautes (20 pour le Serbe, 23 pour Federer). Et peu de coups gagnants (10 et 14 respectivement). Mais le Belgradois gâche trop d’occasions (2 balles de break exploitées sur 6, contre 2/3 à son rival) pour s’imposer. Surtout, il ne gagne que 50% des points après sa seconde balle. Trop peu face à un Federer très réaliste (7-6).

Mais Djokovic accélère d’entrée de troisième set. Il réalise le break immédiatement comme pour dire à Federer qu’il ne peut rien faire contre lui. Le numéro 2 mondial, toujours en course pour ravir le trône à Nadal lundi prochain, profite d’une légère baisse physique adverse pour enfoncer le clou et faire la course en tête avec un second break (5-1). Il finit par disposer du "chouchou" du public (6-2) après plus de deux heures un quart de match. Logiquement finalement.