Rafael Nadal, Masters 1000, Madrid, 2017
Le joueur majorquin, Rafael Nadal | AFP - JAVIER SORIANO

Masters 1000 Madrid : Rafael Nadal a retrouvé la clé face à Novak Djokovic

Publié le , modifié le

Rafael Nadal a enfin réussi à remporter un match contre Novak Djokovic. Cela fait bientôt trois ans que cela n'était pas arrivé. Un résultat "très important" pour l'Espagnol toujours invaincu sur terre battue cette année et qui va retrouver en finale l'Autrichien Dominic Thiem qu'il avait dominé à Barcelone la semaine dernière.

Il n'en faisait pas des cauchemars, mais à voir son rugissement de joie après la balle de match, on imagine la délivrance pour Rafael Nadal. L'Espagnol, depuis le début de l'année 2017, a retrouvé un excellent niveau de jeu. Il s'est hissé en finale à Melbourne, à Acapulco, à Miami et a réalisé deux "Decima" à Monte-Carlo et Barcelone. Mais depuis janvier, Nadal n'avait jamais croisé sa bête noire, Novak Djokovic. David Goffin a empêché les retrouvailles à Monte-Carlo, mais cette fois à Madrid, pour la 50e confrontation entre les deux hommes, c'était la bonne.

Nadal l'a emporté en deux manches en maîtrisant parfaitement lors de la première manche et en bataillant dans une seconde manche plus équilibrée. "C'est une victoire très importante. Elle me permet de disputer une nouvelle finale et de continuer sur une dynamique positive", a assuré l'Espagnol. Importante car elle met fin à une série de sept défaites de rang, soit la plus longue série - égalée après celle entre Indian Wells 2011 et Melbourne 2012 - entre les deux hommes. 

Trajectoires

Nadal connaissait l'enjeu symbolique de cette rencontre, il a même été rattrapé par lui au fur et à mesure que la victoire se profilait. "J'ai été nerveux parce que c'était un match important pour moi. J'ai perdu (contre Djokovic) plusieurs fois de suite (sept), donc stopper ce genre de séries, c'est toujours... Il y a toujours de la nervosité", a-t-il avoué. Ce succès valide son retour au premier plan. Si le Serbe n'est plus celui qu'il était lors des deux dernières saisons, le dominer en deux sets n'est pas à la portée du premier venu.

"Il faut vraiment très bien jouer pour gagner sur un score comme celui-ci contre Novak, sinon c'est impossible", s'est félicité le Majorquin. Ce n'est que la deuxième fois cette année qu'il bat un membre du Top 5 après Milos Raonic en Australie. Cette victoire, autant que les titres qui tombent à nouveau dans l'escarcelle de Rafa, marque la croisée des trajectoires. "Les deux dernières années n'étaient pas très bonnes pour moi alors que c'était l'inverse pour Novak", a-t-il ajouté. 

Favori pour Roland?

Le battu du jour, Novak Djokovic ne pouvait que reconnaître la supériorité de son adversaire. "Je n'ai pas pratiqué un tennis de très grande qualité. J'ai commis beaucoup de fautes directes alors que lui évoluait à un haut niveau. Il faisait ce qu'il voulait, surtout lors du premier set. De toute évidence, Rafa était le meilleur joueur sur le court aujourd'hui. Il mérite sa victoire", a estimé Djokovic. Cette démonstration et les succès des dernières semaines font de l'Espagnol le favori naturel pour Roland-Garros. Une position que Nadal réfute pour le moment. Car il est trop tôt. Il sait très bien que dans le tennis, tout peut basculer très vite. Les trajectoires d'Andy Murray et Novak Djokovic le prouvent.

"La presse aime parler de ça (des favoris), mais moi, je veux juste tracer mon chemin. Parler de ça maintenant, ça n'a pas de sens. Le seul favori (pour Roland), c'est celui qui joue bien pendant les deux semaines. Je sais que je joue bien, j'ai bien débuté l'année, je suis en finale d'un tournoi important. C'est la seule chose à laquelle je pense là, maintenant". Ce dimanche se dressera face à lui un Dominic Thiem qu'il a battu en finale à Barcelone dimanche dernier. Il s'en méfie : "il a beaucoup de talent. Et ici, à Madrid, l'altitude l'avantage, avec des rebonds hauts, difficiles à contrôler". L'Espagnol est toutefois favori lors de sa huitième finale à Madrid.