Masters 1000 de Rome : Ugo Humbert chute face à Denis Shapovalov après un long combat

Publié le , modifié le

Auteur·e : Hugo Dupriez
Le Français Ugo Humbert sur la terre battue de Rome
Le Français Ugo Humbert. | Clive Brunskill / POOL/EPA/Newscom/MaxPPP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Ugo Humbert (42e à l'ATP), dernier joueur français encore en lice au Masters 1000 de Rome, s'est incliné face à Denis Shapovalov, 14e joueur mondial et tête de série numéro 12, en huitième de finale. Le Messin a cédé (6-7, 6-1, 6-4) au terme d'un combat de 2h53.

Il a tout tenté. Au terme d’une bataille épique, longue de 2 heures et 53 minutes, Denis Shapovalov a pris le meilleur sur Ugo Humbert. Et pourtant, le Messin, 42e mondial, a livré une très belle copie face au 14e joueur à l'ATP, tête de série numéro 12 à Rome, sur une surface qu’il avait beaucoup de mal à apprivoiser avant ce tournoi. 

Des occasions gâchées

Dès le début du match, Humbert sentait qu’il y avait un coup à faire face à un joueur mieux classé que lui. Peu perturbé par l’enjeu, il disputait son premier huitième de finale en Masters 1000 et avait l’occasion de remporter une victoire de prestige. Le Français sauvait, déjà, deux balles de breaks dès sa seconde mise en jeu, avant de ne plus être inquiété durant toute la durée de la manche. Il faut dire que dans le premier set, le service d’Humbert était au rendez-vous, avec 62 % de premières balles mais surtout 90 % de points gagnés derrière celle-ci. 

Mais, si sur son service le Messin se montrait entreprenant, il laissait passer des occasions notables de faire l’écart et de conclure une première manche aboutie. Ainsi, Humbert se procurait deux balles de break, pour mener 5-3 et servir pour le gain de la manche, deux points où il semblait retenir ses coups au contraire d’un Shapovalov qui pénétrait dans le court pour asséner de violentes frappes qui faisaient la différence. Pire encore, sur le service de Shapovalov, Humbert laissait échapper trois balles de set, on pouvait alors se dire que sa chance était passée... Dans le tie-break, Ugo Humbert, qui prouvait sa force mentale, empochait la première manche, paradoxalement maitrisée, après 1h21 d’un combat intense. 

Shapovalov entreprenant, Humbert pèche physiquement

Revenu avec de biens meilleures intentions, Denis Shapovalov semblait sur un nuage durant la seconde manche. Après un jeu blanc obtenu sur sa mise en jeu, le jeune canadien faisait le break en prenant le dessus physiquement sur le joueur français, qui n’avait dans ce jeu passé qu’une seule première balle. Il n’y avait qu’à voir la balle de break, un long échange disputé sur la diagonale revers où Humbert craquait le premier après un replacement coupable pour comprendre que Shapovalov prenait l’ascendant. Irrémédiablement, le joueur tricolore avait du mal sur chaque mise en jeu quand Shapovalov semblait voler sur le court. Le Français était également un peu moins en réussite, là où les balles mordillaient les lignes dans la première manche, elles sortaient, de quelques millimètres dans la deuxième. Shapovalov revenait à une manche partout (6-1) en 37 minutes. 

Malgré une énorme volonté, caractérisée par des encouragements incessants, "allez gars", "allez bats-toi",  pouvait-on l’entendre dire, Ugo Humbert subissait encore le contre-coup physique de son début de match dans le dernier set. Breaké dès le premier jeu, son pourcentage de points gagnés derrière son premier service n’étant plus que de 65 %, le Messin courrait après le score. Conquérant, et autoritaire au service, Shapovalov rejoignait les quarts de finale (6-7, 6-1, 6-4) pour la première fois de sa jeune carrière à Rome. Ugo Humbert avait tout de même de quoi se consoler, il a remporté cette semaine ses premiers matches en Masters 1000. Le 42e joueur mondial, dernier joueur français en lice sur la terre battue italienne, qui devrait gagner quelques places lundi, connaît désormais ses axes de progression. 

Masters 1000