Tsonga résiste mais s'incline contre Rafa

Masters 1000 de Paris : Nadal bat Tsonga et se qualifie pour les demi-finales

Publié le , modifié le

Rafael Nadal a disposé de Jo-Wilfried Tsonga en quarts de finale du Masters 1000 de Bercy ce vendredi. D'abord accroché, l'Espagnol a accéléré dans la deuxième manche, tandis que Tsonga lâchait prise. Il l'a emporté en deux sets (7-6, 6-1). Jo-Wilfried Tsonga sort par la grande porte d'un tournoi où il aura accroché un Top 10, et atteint les quarts de finale pour la sixième fois. En demi-finales, Rafael Nadal affrontera Denis Shapovalov.

A quoi mesure-t-on la réussite d'un tournoi ? Sans doute à la différence entre les attentes en début de semaine et le résultat, quelques jours plus tard. Si on avait dit à Jo-Wilfried Tsonga, lundi, qu'il serait vendredi en quarts de finale face à Rafael Nadal après avoir battu le 8e joueur mondial au 2e tour, il aurait certainement signé sans hésiter. Alors ce vendredi, si à chaud, la défaite va faire mal, d'autant que le monstre Nadal n'a pas rugi aussi fort que d'habitude, il y aura sûrement de la déception.

En deux sets (7-6, 6-1), Jo-Wilfried Tsonga a laissé l'Espagnol filer en demi-finales sans vraiment l'inquiéter. Pourtant, à 6-6 dans le premier set, il faisait jeu égal. Nadal a pris le dessus à ce moment, et il n'a plus jamais lâché les rênes de ce match. La frustration sera donc là pour Tsonga, mais avec le recul, il pourra capitaliser sur son beau tournoi à Bercy pour mieux aborder la prochaine saison 2020. De son côté, Rafael Nadal n'est plus qu'à deux victoires d'un premier sacre au Masters 1000 de Paris. 

Tsonga, service décisif

Il y a eu un tournant dans ce match : le tie-break du premier set. Jusqu'à 6-6, Jo-Wilfried Tsonga a été impressionnant, et a fait jeu égal avec le numéro 2 mondial. Grâce à un service monstrueux, à des deuxièmes coups agressif et précis, il n'a pas laissé la moindre opportunité à Rafael Nadal sur ses six mises en jeu. A l'entame du jeu décisif, il était impossible d'anticiper l'issue du match. La performance de Tsonga était à cet instant déjà remarquable. C'est le moment choisi par l'Espagnol pour serrer le jeu, également celui où Tsonga s'est mis à douter, et à rater. Dans les moments décisifs, Nadal se mue en champion, même dans ses mauvais jours ; on l'a encore très bien vu ce vendredi. 

La suite n'a été qu'une long chemin de croix pour Tsonga. Baromètre de son jeu, son service s'est grippé (73% de points gagnés derrière sa première - contre 95% dans le 1er set). Son jeu s'est effondré (derrière sa deuxième, donc quand l'échange s'est engagé, il n'a gagné aucun point). En face, Rafael Nadal s'est mis à lâcher ses coups, à l'image de ce tweener. 

6-1, la facture est sévère au vu de la première manche. Mais elle est juste, tant l'Espagnol s'est globalement montré plus constant dans l'intensité et dans l'engagement. Le voilà en demi-finales d'un tournoi qui s'est toujours refusé à lui, le dernier Masters 1000 qui lui manque avec celui de Shanghai.