Masters 1000 de Miami : Jannik Sinner et Hubert Hurkacz en finale, la jeunesse au pouvoir

Publié le , modifié le

Auteur·e : Loris Belin
Jannik Sinner
Jannik Sinner, le mardi 30 mars 2021 au Masters 1000 de Miami. | MATTHEW STOCKMAN / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / GETTY IMAGES VIA AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

La semaine magnifique de Jannik Sinner à Miami se poursuit. La pépite italienne s'est qualifiée pour sa première finale en Masters 1000 vendredi 2 avril en dominant l'Espagnol Roberto Bautista Agut. Il affrontera pour le titre le surprenant Hubert Hurkacz (24 ans), tombeur d'Andrey Rublev (6-3, 6-4).

• Sinner sur les traces de Djokovic

Jannik Sinner marche sur les traces des géants. Le poupon italien, 19 ans seulement, a réussi l'exploit de décrocher sa place en finale du Masters 1000 de Miami en dominant vendredi Roberto Bautsita Agut en trois manches (5-7, 6-4, 6-4). Tête de série numéro 21 du tournoi floridien, Sinner ne cesse d'épater et de confirmer qu'il ne fait décidément pas son âge. Le dernier joueur à avoir atteint si tôt, avant ses 20 ans, ce stade en Masters 1000 n'est autre que l'actuel numéro un mondial, Novak Djokovic (en 2007, déjà à Miami).

Le Transalpin n'a pourtant pas eu la tâche facile face à Bautista Agut, rarement gagnant au plus haut niveau mais solide en toute circonstance. L'Espagnol menait un set à zéro, un exemple d'efficacité après avoir breaké au moment le plus opportun à 5-5. Mais ce Sinner, ce n'est pas qu'un poignet droit bien fait. Mentalement, l'Italien a livré une petite démonstration, malgré l'enjeu, la fatigue, et le vent. À 3-3 dans le deuxième set, il a su garder ses nerfs et effacer quatre balles de break, dont trois à 0-40. Puis rebelote à 4-4, 0-30, pour un même danger écarté avec virtuosité et alternance dans le jeu.

Le plus jeune Italien vainqueur d'un tournoi dans l'ère Open est décidément d'un bois rare. Sinner s'est permis de faire deux fois le même coup à Bautista Agut : remporter les deuxième et troisième manches en breakant dans le dernier jeu, non sans un brio certain pour conclure le match. 

"C'est incroyable, sortir vainqueur aujourd'hui, cela signifie beaucoup pour moi", a-t-il réagi après la rencontre. "Dans le deuxième set, j'ai essayé de plus le faire bouger, de varier mon jeu. C'était la clé aujourd'hui. J'ai trouvé un peu plus de rythme dans le dernier jeu, ce que je n'ai pas toujours réussi. Je me suis dit que si je devais perdre ce jeu, autant le perdre en prenant des risques. Je pense que c'était la bonne décision."

Jannik Sinner gagnera a minima dix places au classement ATP lundi, et pointera au moins à la porte du top 20. Une place dans les 15 meilleurs mondiaux l'attend en cas de sacre. Ce sacre, il tentera de le conquérir face au surprenant Hubert Hurkacz.

• La sensation Hurkacz 

Après avoir solidement écarté (2-6, 6-3, 6-4) la veille Stefanos Tsitsipas, 5e mondial, le Polonais Hubert Hurkacz a encore fait mieux en balayant 6-3, 6-4 Andrey Rublev, cogneur cogné, qui n'est jamais vraiment entré dans son match, semblant plus gêné par le fort vent que son adversaire.

Ainsi dès la perte de son premier jeu de service, le Russe était déjà tout près de fracasser sa raquette au sol, se retenant finalement. Rapidement mené 5-1 après un deuxième break concédé, il a su réduire l'écart en débreakant une fois, mais pas deux alors qu'il en a eu l'occasion, Hurkacz parvenant alors à empocher la première manche sur sa 4e tentative.

Dès l'entame du deuxième set, le grand (1,96 m) Polonais a chipé le service de son rival. Ce dernier a eu trois balles de débreak à 5-4, mais Hurkacz a lâché des revers surpuissants, avant de conclure à sa troisième balle de match en avançant au filet. À  24 ans, il tentera dimanche d'ajouter Miami à son palmarès, après Winston-Salem en 2019 et Delray Beach en début d'année. Face à un joueur qu'il n'a jamais encore affronté, mais avec lequel il joue déjà... en double.

Ces deux amis ont d'ailleurs reconnu avoir été bien conscients de l'opportunité à saisir cette semaine en l'absence du "Big 3" (Nadal, Djokovic et Federer). Avec les mêmes mots: "On savait qu'on pourrait aller loin", a confirmé Hurkacz, quand Sinner a assuré avoir "abordé ce tournoi avec le bon état d'esprit, de façon à... aller très loin".