Jo-Wilfried Tsonga
Jo-Wilfried Tsonga lors du tirage au sort du Masters 1000 de Miami | AFP - GETTY IMAGES

Jo-Wilfried Tsonga, retour sans attente à Miami

Publié le , modifié le

Ecarté du circuit depuis la finale de la Coupe Davis perdu contre la Suisse en novembre dernier, Jo-Wilfried Tsonga effectue son retour lors du Masters 1000 de Miami. Avant d'affronter au 2e tour du simple l'Américain Tim Smyczek (75e mondial), le Manceau débute le tournoi de double, avec Gaël Monfils aujourd'hui. Mais le N.1 français ne se met aucune pression de résultat.

Depuis sa défaite contre Stan Wawrinka le 21 novembre dernier, Jo-Wilfried Tsonga n'a plus joué sur le circuit. Sa blessure à l'avant-bras droit (syndrome de l'intersection), contractée au tournoi de Tokyo en septembre, l'a condamné à un long repos. Pas de tournoi début janvier, pas d'Open d'Australie, pas de 1er tour de Coupe Davis, un léger recul dans la hiérarchie mondiale mais pas nationale (il est aujourd'hui 13e à l'ATP, juste devant Gilles Simon). Pendant tout ce temps, il a pris son mal en patience, et a travaillé. Son corps et sa tête, car il n'est pas sorti indemne de cette fin de saison gâchée.

Vidéo: L'interview-vérité de Jo-Wilfried Tsonga à Stade 2 le 1er février 2015

"Ce qui m'a le plus impressionné, c'est sa faculté à s'entraîner physiquement, sans raquette, tous les jours depuis la fin de la Coupe Davis", explique dans L'Equipe Thierry Ascione, l'un de ses coaches. Et pourtant, il s'y connaît en travail de forçats. Le N.1 français a conscience qu'il a besoin d'être physiquement à 100% s'il veut mettre en place son jeu offensif exigeant. Et depuis sa jeunesse et sa hernie discale, il sait que son dos nécessite le plus grand soin. C'est pour cela qu'il travaille dur, qu'il s'est adjoint les services de Michel Franco, kiné-osthéopathe qui s'occupait auparavant d'Amélie Mauresmo, et de Xavier Moreau comme préparateur physique. 

Petit à petit, il a repris le chemin des terrains, a repris la raquette, a retrouvé les sensations d'un joueur de tennis. Voici vingt jours, il publiait sur son compte twitter une vidéo le montrant à l'entraînement, travailler son revers.

Il a ensuite pris la direction de la Floride. Pour profiter du soleil, mais pas seulement: "Quand tu joues indoor, vu qu'il n'y a ni vent ni faux rebond, la balle arrive toujours propre. Dehors, tu es sans cesse obligé de compenser, et donc de mettre ton poignet dans des situations inconfortables", raconte-t-il dans L'Equipe. Il ne savait pas encore s'il pourrait jouer à Miami, le deuxième Masters 1000 de la saison. Les choses se sont bien enchaînées, et le voilà prêt à revenir sur le circuit, à Miami. 

Ses premiers pas officiels, il les a faits en effectuant le tirage au sort du tournoi. Tête de série N.11, il a été placé dans la moitié de tableau de Rafael Nadal, qui n'a jamais gagné ce tournoi, mais aussi dans celle de Gaël Monfils, qu'il pourrait affronter dès le 3e tour si les deux hommes négocient bien leur entrée en lice. Les deux "blessés" seront d'abord côte à côté, en double, aujourd'hui. Et le Manceau a déjà prévenu qu'il n'avait pas placé dans ce retour des espoirs trop importants: "Je n'ai pas énormément d'attentes pour ce tournoi, je suis juste content de faire mon retour sur le circuit", a-t-il dit cette semaine. 

En ayant renoué avec un physique adéquat, "Jo" a retrouvé le sourire. Et l'optimisme: "Quand je vois des joueurs comme Ferrer, Federer et d'autres, ils sont encore capables de jouer un très bon tennis. J'espère que mon meilleur tennis est encore à venir. A bientôt 30 ans (le 17 avril prochain), le Français compte retrouver son niveau, retrouver le Top 10, retrouver l'équipe de France de Coupe Davis pour son quart de finale contre la Grande-Bretagne en juillet prochain, probablement sur un gazon qu'il affectionne particulièrement.