Richard Gasquet
Le joueur français Richard Gasquet | AFP - FABRICE COFFRINI

Gasquet, faux-pas interdit à Bercy

Publié le , modifié le

Neuvième au classement de la Race avec seulement 65 points d'avance sur Jo-Wilfried Tsonga, Richard Gasquet est pour l'instant détenteur du dernier ticket pour le Masters de Londres. Mais à Bercy, lors de son entrée en lice cet après-midi contre Fernando Verdasco, qui l'a vaincu six fois en onze matches, le Biterrois sait qu'il n'a pas droit au faux-pas.

L'an dernier, Richard Gasquet était remplaçant aux Masters de Londres. Cette année, avant son entrée en lice dans le Masters 1000 de Bercy, il possède le dernier ticket de titulaire pour le tournoi des Maîtres. Pour conserver son avantage, il sait qu'il ne peut s'incliner dès le 2e tour du tournoi parisien. Or, ces dernières semaines, cela lui est arrivé à deux reprises de tomber d'entrée. Après ses demi-finales consécutives à l'US Open, Bangkok et Pékin, il a connu quelques chutes. Une sortie au 1er tour à Shanghaï, battu par Pospisil (43e mondial), une victoire à Moscou, puis de nouveau une claque d'entrée à Bâle, la semaine dernière, battu par Llodra (55e mondial). Si l'on s'en tient à ce rythme, le Biterrois devrait donc connaître une belle semaine parisienne, synonyme de Masters de Londres... Mais la théorie a ses limites.

2007, un bon Bercy et une place de titulaire au Masters

En fait, le calcul est très simple. Si mercredi, Stanislas Wawrinka passe le 2e tour à Bercy aux dépens Feliciano Lopez, et si Roger Federer fait de même (soit contre Anderson soit contre Youzhny), il ne restera plus qu'une place en jeu pour le Masters. Et cette position sera la cible de cinq joueurs: Gasquet, Jo-Wilfried Tsonga, Milos Raonic, Tommy Haas, Nicolas Almagro et Mikhail Youzhny. Mathématiquement, aucun d'eux n'a fait une croix définitive sur cet ultime tournoi de la saison. Mais le Biterrois est le mieux placé, avec 65 petits points d'avance sur son compatriote, 350 sur le Canadien, 695 sur l'Allemand, 920 sur l'Espagnol et 985 sur le Russe.

Pour conserver les cartes en mains, Richard Gasquet doit donc gagner et avancer. Mais son premier obstacle peut être pénible. Vainqueur d'Ernest Gulbis, Fernando Verdasco est son premier adversaire à Bercy. L'homme l'a déjà battu à six reprises en onze duels. Mais leur dernière opposition remonte loin, puisqu'il s'agissait de la demi-finale de Coupe Davis en 2011. Beaucoup moins constant qu'à l'époque où il avait culminé au 9e rang mondial, l'Ibère n'est plus aussi redouté. Mais il peut encore être redoutable, avec sa patte gauche et son gros lift. Sur son niveau de la saison, la tête de série N.9 doit franchir ce tour. Mais au POPB, où il n'a gagné qu'une seule fois (demi-finale en 2007) plus de deux matches, Gasquet doit confirmer tous les progrès réalisés cette saison. C'est à ce prix qu'il pourra s'ouvrir, pour la deuxième fois de sa carrière, les portes du Masters en tant que titulaire. La première, c'était en 2007...