Richard Gasquet
Richard Gasquet | JEAN CHRISTOPHE MAGNENET / AFP

Gasquet dérape à Monte-Carlo

Publié le , modifié le

Richard Gasquet est tombé devant Fabio Fognini en quart de finale à Monte Carlo (7-6, 6-2). Tête de série numéro 7, le Français a rendu les armes au terme d'1h26 de jeu et laisse Jo-Wilfried Tsonga défendre seul les chances françaises sur la terre battue monégasque. L'Italien gagne donc le droit de défier le N.1 mondial, Novak Djokovic, pas vraiment impérial face à Jarkko Nieminen qu'il domine 6-4, 6-3.

Trente-sept coups gagnants pour Fabio Fognini. Quatorze pour Richard Gasquet. Ce chiffre résume à lui seul le combat que se sont livrés les deux hommes en quart de finale du tournoi de Monte-Carlo. Plus entreprenant, plus précis et plus déterminé, l'Italien en est logiquement sorti vainqueur, malgré une baisse de régime dans le premier set. Quant au français, s'ils s'est offert une balle de première manche sur le service de son adversaire, sa supériorité n'a duré que quatre petits jeux. Revenu à égalité (5 partout), le 32e joueur mondial n'a plus rien lâché pour terminer le set comme une bombe. Grâce à 11 points consécutifs glanés dans le dernier jeu puis le tie-break, le finaliste du tournoi de Bucarest la saison dernière a empoché le set inaugural. 

Gasquet gâche, Fognini s'enflamme

D'emblée, la tête de série numéro 7 a perdu sa mise en jeu, laissant craindre une issue défavorable. Aussi peu inspiré que son adversaire, l'Italien lui a aussitôt rendu la politesse. Puis s'est repris pour prendre un nouveau break d'avance sur jeu blanc. Nerveux, le Biterrois brille par son irrégularité et ne parvient pas à maîtriser la fougue du Transalpin. Ce dernier valide enfin sa mise en jeu pour prendre le large, profitant de l'apathie du Français (3-1). Sur une grosse faute en revers, Gasquet concède une nouvelle balle de break. L'heure du réveil a sonné. Plus percutant dans ses frappes, le 9e joueur mondial valide finalement son jeu de service et débreake dans la foulée puis prend l'avantage, non sans mal (4-3). Aucun des deux hommes ne se détache et les jeux sont serrés. Sur une double-faute de Fognini, Gasquet manque la possibilité de conclure. A 6-5 en faveur du Tricolore, le 8e de finaliste du dernier Roland-Garros éliminé par Jo-Wilfried Tsonga sort de sa torpeur pour signer un jeu blanc et réaliser une démonstration de force dans le tie-break (7-0). Accélérations coup droit et revers, ace, passing-shot, tout y passe. Gasquet est balayé et concède la première manche (7-6)

Première demie à Monte-Carlo pour Fognini

Fabio Fognini est transfiguré. Ses lourdes frappes trouvent les lignes et son revers peu performant dans le set inaugural est enfin à la hauteur. Sur ses deux premiers jeux de service, le protégé de Ricardo Piatti et Sébastien Grosjean fait pourtant illusion. Vainquer des tournois de Montpellier et Doha cette saison, Richard est dépassé par les variations de son adversaire à base d'accélérations long de lignes et d'amortis tout en toucher. A 3-2 pour l'Italien, le Biterrois choisit à tort de monter au filet à deux reprises. Puni, il cède son service. En pleine confiance, celui qui n'avait jamais dépassé le stade des 8e de finale à Monte-Carlo (en 2009, battu par Andy Murray) vole sur le court central et conclut un jeu blanc dans l'élan. Richard Gasquet n'y est plus et enchaîne les fautes. Un dernier revers dans le filet le condamne. 

Gasquet manque d'égaler son meilleur résultat sur le Rocher

Demi-finaliste sur le Rocher en 2004, le Français de 26 ans n'égalera pas son meilleur résultat en Principauté et tombe au stade des quarts de finale comme en 2007. Cette année-là, son bourreau s'appelait Juan-Carlos Ferrero. Lâché par son dauphin, le leader du tennis tricolore Jo-Wilfried Tsonga se retrouve seul à défendre les chances hexagonales pour sa première en demi-finale à Monte-Carlo. Egalement novice à ce niveau sur l'ocre monégasque, Fognini affrontera lui Novak Djokovic pour une place en finale.  

Djokovic en demi-teinte

Dans le dernier quart de finale de la journée, Jarkko Nieminen a fait frémir le N.1 mondial, Novak Djokovic. Après avoir sorti Troicki (45e), Raonic (N.12) et Del Potro (N.5), le Finlandais a posé bien des soucis au Serbe, pas encore au sommet de sa forme. Avec sa patte gauche, le 49e joueur du monde a placé le Serbe sous pression, ce dernier commettant pas mal de fautes directes notamment en retour. Mais "Djoko" n'est pas au sommet de la hiérarchie pour rien. Quelques coups bien sentis, comme cette amortie distillée pour refaire le break perdu au deuxième set (4-1). Sans retenue et surtout sans peur, Nieminen a lutté jusqu'au bout, pour croire jusqu'à la fin à une victoire sur un joueur qu'il a battu une fois en quatre affrontements précédents (en 2009 à Sydney). "Nole" a ainsi concédé un nouveau break alors qu'il menait (5-2), s'écroulant sur la balle lors de la deuxième occasion du Finlandais.

Après 1h17 de jeu, sur sa première balle de match, Djokovic, sur un revers dans le couloir de son adversaire, se qualifiait pour les demi-finales. Pour la première fois de la semaine, il remporte un match en deux sets. Mais ce n'est pas encore le grand Djokovic. Et contre un talentueux et "embrouilleur" comme Fabio Fognini, qu'il a vaincu lors de leurs quatre duels, cela pourrait se révéler pénalisant.

Jerome Carrere