Roger Federer
Roger Federer | MIGUEL MEDINA / AFP

Federer qualifié à Bercy et pour Londres

Publié le , modifié le

Roger Federer (N.5) s'est qualifié pour les 8e de finale de Bercy en battant le Sud-Africain Kevin Anderson 6-4, 6-4. Le Suisse enregistre ainsi sa sixième victoire consécutive au POPB (vainqueur en 2011, il était absent en 2012). Et surtout, ce succès lui ouvre les portes du Masters de Londres, pour la 12e fois de suite. Il égale ainsi le record d'Ivan Lendl. L'ancien N.1 mondial défiera au prochain tour l'Allemand Philipp Kohlschreiber.

Une entrée en matière sereine, pendant presque tout le match. Presque pas de frayeur, presque pas de nécessité de forcer son jeu, Roger Federer a pratiquement fait une tranquille entrée à Bercy. Mais ce "presque", c'est bien la différence avec ses habitudes. Pas très rapide sur ses jambes, il a été obligé de sortir le service gagnant pour se sortir d'affaire. Kevin Anderson n'a pas réussi à profiter de la mise en jambes du Suisse pour lui rendre les choses beaucoup plus difficiles.

Deux doubles fautes dans le premier jeu du match pour lui céder son engagement d'entrée, le Sud-Africain n'a pas bien démarré la partie. Et la tête de série N.5 n'a fait ensuite que dérouler son jeu. Le 21e mondial, qui croisait la route du "Maitre" pour la première fois, a pourtant eu régulièrement le dessus, même dans l'échange. Mais il a trop souvent commis la faute pour mettre à mal la confiance de l'Helvète. D'autant qu'au deuxième set, après avoir concédé la première (6-4) en 40 minutes, il a commis une grossière erreur en sortant une volée haute de coup droit à mi-court. Cette faute offrait deux balles de break à Federer, qui la transformait aussitôt (2-1).

Deux balles de 5-5 sauvées

L'envol semblait inarrêtable. Mais à 5-2, alors qu'il pouvait conclure, il perdait son service. Régulièrement pris de vitesse par Anderson, ce qui peu être inquiétant pour la suite de son tournoi, il a eu besoin de cette marge de deux breaks pour sceller le match. Mais il a dû sauver deux balles d'égalisation à (5-5), en sortant deux services gagnants, avant que son adversaire ne commette deux fautes pour s'incliner en 1h20 de jeu. Un soulagement. Roger Federer se qualifiait ainsi pour les 8e de finale, où il affrontera l'Allemand Philipp Kohlschreiber. Ce dernier ne l'a jamais battu en sept confrontations.

Cette victoire donne surtout à Roger Federer son billet pour le Masters de Londres. "Je suis soulagé, mais surtout content et fier d'être qualifié dans cette année difficile", s'est-il réjoui après son match. Victorieux à six reprises de cette épreuve, il participera à sa 12e édition consécutive. Un record égalé, détenu jusque-là par Ivan Lendl. Ce sera la dernière occasion pour lui de redorer une saison bien terne jusque-là, lui qui n'a remporté qu'un seul tournoi en 2013 et qui est sorti du Top 5 mondial pour la première fois depuis 10 ans. Preuve des problèmes traversés en 2013, il ne présente pas de certitudes pour ce Masters: "Une fois là-bas, je peux croire que quelque chose est possible", avoue-t-il. Mais il assure: "Je suis bien à nouveau. J'ai pu jouer librement la semaine dernière, le dos est bien. Peu importe comment tu t'es qualifié, l'essentiel, c'est d'y être."