Novak Djokovic
Novak Djokovic | STEPHEN DUNN / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Djokovic triomphe à Indian Wells

Publié le , modifié le

Novak Djokovic a remporté son premier titre de la saison en s'adjugeant le Masters 1000 d'Indian Wells aux dépens d'un Roger Federer qui n'est pas passé loin (3-6, 6-3, 7-6). En manque de confiance et de repères depuis 2014, le protégé de Boris Becker a prouvé qu'il fallait encore compter sur lui.

Novak Djokovic ou l'orgueil du champion. En plein doute depuis le début de l'année, critiqué pour son choix de s'attacher les services de Boris Becker, malmené par l'éternel Federer pendant un set, le Serbe a remis les choses au point. Et rappelé, si besoin était, qu'il ne rendrait pas les armes aussi facilement. Avec ce succès en Californie, il signe un 42e succès en carrière et dépasse au palmarès un certain Edberg, coach de sa victime du jour. Double bourreau...

Face à un joueur qui n'a pas perdu le moindre set depuis le début du tournoi et qui l'a battu lors de leurs deux dernières confrontations, Novak Djokovic est hésitant. Et cela se voit. Visiblement nerveux, le Serbe se déplace mal et commet de nombreuses fautes directes. En pleine confiance, Federer n'en demande pas tant. Il réalise le break d'entrée (2-0) et parvient sans mal à conserver cet avantage grâce à une mise en jeu impériale (72% de premières balles). Egalement très performant en revers long de ligne, Federer fait le show et boucle le premier set avec 12 coups gagnants contre 5 à Djokovic. Fidèle à ses nouveaux engagements auprès de Stefan Edberg, l'Helvète se rue au filet à la moindre balle courte et ravit les amateurs de tennis offensif (6-3).

Les travers de Federer

Malheureusement pour lui, il oublie quelque peu ses belles intentions à l'aube de la seconde manche. Federer retombe ainsi dans ses travers en voulant battre "Djoko" du fond du court et remet son adversaire en selle. Le numéro 2 mondial trouve enfin du rythme et une première balle digne de ce nom. A 4-3 en sa faveur, il prend le service d'un Federer de travers et égalise à un set partout (6-3). Le vent a tourné. Si le quadruple vainqueur d'Indian Wells résiste tant bien que mal, la puissance et la précision sont désormais du côté serbe. Frappant la balle comme à ses plus belles heures, "Nole" distribue le jeu collé à sa ligne de fond et ne laisse plus la moindre balle courte à portée de raquette suisse.

A 1-1 partout dans cette ultime manche, Djokovic se détache avant de se concentrer sur ses mises en jeu. Il y parviendra avec une sérénité qui avait disparue depuis la fin 2013 jusqu'à 5-4 service à suivre. Et là, face à Federer qui joue crânement sa chance, Novak flanche. Le spectre de ses fins de match ratés, notamment face à Wawrinka à Melbourne, refait surface pernicieusement... Au courage, pourtant, le Serbe ne sombre pas et parvient à pousser la tête de série n°7 au tie-break. Et cette fois, son bras ne tremble pas. Ne tremble plus. Un dernier revers dans le filet de Federer lui offre un troisième titre à Indian Wells (7 points à 3). Et surtout un retour au tout premier plan. Absent du désert californien, Boris Becker, devant sa télé, pouvait pousser un grand ouf de soulagement... 

"Il faut toujours chercher au fond  de soi pour battre Roger", a expliqué Djokovic. "Il joue à un tel niveau, surtout en finale. Il ne m'a donné aucun point, mais plus le match avançait, plus il faisait des erreurs  directes et plus il me permettait d'entrer dans le terrain. C'était ma première finale de l'année, c'était indispensable de gagner pour ma confiance et pour aborder Miami et le reste de la saison".

Julien Lamotte