Djokovic à sens unique

Djokovic à sens unique

Publié le , modifié le

Novak Djokovic a remporté le Masters 1000 de Miami en dominant en finale Rafael Nadal au terme d'un match parfaitement maîtrisé (6-3, 6-3). Le Serbe, auteur d'un début de saison parfois hésitant, signe un quatrième succès en Floride et tourne désormais à plein régime.

Il n'y a presque pas eu de match. Un comble au moment d'évoquer une rivalité historique mais, pour ce 40e affrontement entre les deux hommes, Novak Djokovic était tout simplement trop fort. Presque injouable pour Nadal. Un indice ? "Djoko" a remporté leurs trois derniers duels, à chaque fois en deux  sets secs, en finales de Shanghaï, du Masters 2013 et donc désormais de Miami. Campé sur sa ligne de fond, diabolique de régularité, il a constamment pris de vitesse un Rafael Nadal réduit au rôle de simple défenseur. Agressé sur chaque seconde balle de service, l'Espagnol a joué sur les talons pendant toute la rencontre. Déjà trois fois finaliste malheureux en Floride, Nadal avait pourtant bien débuté le match mais, après avoir manqué une balle de break sur le premier jeu de service du Serbe, il a rapidement dû se rendre à l'évidence, le boss Djokovic était bel et bien de retour aux affaires. 

Le doublé comme en 2011 ?

Le n°2 mondial, lui, ne manquait pas l'occasion de ravir l'engagement adverse dès sa première occasion à 3-2 en sa faveur puis le rouleau compresseur se mettait en marche. Implacable, il s'adjugeait la première manche en mode avion (39 minutes) et enchaînait dans la foulée avec un deuxième break d'entrée de second set. N'hésitant pas à jouer sur le coup droit du Majorquin, il neutralisait son arme principale. Et ses qualités de relanceur faisaient le reste en retour. Vaillante, la tête de série numéro 1 du tournoi refusait pourtant de se laisser couper aussi facilement. Nadal tentait bien de raccourcir les échanges mais, là encore, le Serbe s'ajustait parfaitement. Au terme d'une balle de match sublime, le "Djoker" signait un retentissant doublé Indian Wells- Miami. Le même que celui qu'il avait réalisé en 2011, sa plus grande année. Un signe ? 

Julien Lamotte

Masters 1000