Tommy Haas
Tommy Haas | MATTHEW STOCKMAN / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Djokovic sans atout contre Haas

Publié le , modifié le

L'Allemand Tommy Haas, 34 ans, a confirmé son retour au premier plan avec un exploit sensationnel face au N.1 mondial Novak Djokovic, en 8e de finale du tournoi Masters 1000 de Miami qui était pourtant la chasse gardée du Serbe depuis deux ans. Haas, 18e mondial, s'est imposé 6-2, 6-4 par une nuit inhabituellement fraîche (13° à la fin du match) et venteuse, des conditions auxquelles il s'est bien mieux adapté que Djokovic, le double tenant du titre.

Le Serbe de 25 ans restait sur une série de treize victoires consécutives  dans ce tournoi en extérieur sur dur, qu'il a remporté en 2007, 2011 et 2012. L'Allemand, ex N.2 mondial (en 2002), rencontre mercredi le Français Gilles  Simon (N.11) pour se frayer une place en demi-finale sur l'île de Key Biscayne. "C'est incroyable que j'ai gagné ce match, je ne sais pas comment j'ai fait  pour le faire", a déclaré Haas, qui a de loin été le meilleur sur le court,  utilisant parfaitement le jeu au filet à son profit et dégoûtant le Serbe en  flirtant avec les lignes et avec des passings millimétrés.

"Novak m'a ouvert la porte", a reconnu Haas, finaliste cette saison du  tournoi de San José, conscient des cadeaux offerts par le Serbe (36 fautes  directes, dont 23 du côté coup droit). Mais par la propreté de son jeu et son  esprit d'initiative, il a déstabilisé le N.1 mondial dans son propre jardin.

Pour Valentina

"J'ai fait mon plus mauvais match depuis bien longtemps", a dit Djokovic,  qui traverse une mauvaise passe: il y a dix jours en demi-finales du Masters  1000 d'Indian Wells (dur), il avait vu sa série de 22 victoires consécutives,  remontant à novembre, s'interrompre face à l'Argentin Juan Manuel Del Potro. "Je ne me sentais pas bien sur le court, a-t-il ajouté. Il y a des jours où  rien ne te sourit. Mais le mérite lui revient de m'avoir fait jouer aussi mal." Haas, plus vieux joueur du Top 50, avait failli raccrocher sa raquette en  2011 après la énième opération de sa carrière, cette fois à une hanche, mais  avait fait son retour en 2012 avec une victoire au tournoi de Halle (gazon) et  le trophée de "meilleur comeback de l'année", selon un vote des joueurs ATP.

Le père de la petite Valentina (2 ans) a expliqué qu'il continuerait sa  carrière jusqu'à ce que sa fille puisse se souvenir de son papa joueur. Malgré  l'heure tardive, plus de 23h00 locales, Valentina était bien dans les tribunes  pour assister à la deuxième victoire de Haas contre un N.1 mondial. Lors de la première, en 1999 lors de la Coupe du Grand Chelem face à  l'Américain Andre Agassi, l'Allemand avait 20 ans et un bel avenir devant lui. Quatorze ans plus tard, il est devenu face à Djokovic le plus vieux joueur  à battre un N.1 mondial lors de ces trente dernières années. Andy Murray, N.3 mondial, sera le seul membre du Top 4 mondial en quarts de  finale à Miami car Roger Federer (N.2) et Rafael Nadal (N.4) ont fait   l'impasse.

Simon se méfie

Tommy Haas affrontera Gilles Simon en quart de finale.  Le Français reste très prudent sur l'issue de cette partie et il se montre dithyrambique par rapport à ce que fait l'Allemand en ce moment. "Je l'ai vu faire un très bon match contre Dolgopolov (au 3e tour), il a  bien joué comme ça faisait longtemps que je n'avais pas vu quelqu'un bien  jouer", a dit Simon avant de connaître l'issue du match entre Haas et Djokovic. "Il bougeait très bien et passait très bien de la défense à l'attaque", a  remarqué le Français, ce que l'Allemand a aussi montré face à Djokovic.

"Gilles est un mur, il renvoie tout, a souligné Haas après son succès. Il  est aussi fin tacticien et il se déplace très bien, il trouve une façon de  rester dans l'échange. On ne parle pas trop de lui ou on ne le voit pas trop  dans le tableau mais il est toujours là, dans le Top 20 ou dans le Top 10." Face à Tipsarevic, le N.3 Français a livré un match de 2h30 qui aurait pu  durer moins longtemps s'il n'avait pas perdu la première manche alors qu'il a  servi pour le gain du set à 5 jeux à 3. "J'ai encaissé cinq jeux d'affilée pour perdre le set alors que j'avais  bien commencé, a expliqué Simon. On est jamais bien dans ces moments-là, on se  dit que ce n'est pas le genre de set qu'il faut laisser filer. Mais j'ai quand  même réussi à faire tourner le match en ma faveur malgré un dernier jeu  compliqué."

Le Français a en effet passé 15 minutes et 24 points à tenter de gagner le  dernier jeu de la partie, en devant effacer cinq avantages pour Tipsarevic et  en devant attendre sa cinquième balle de match pour pouvoir porter son bilan  personnel face à Tipsarevic à sept victoires en neuf matches. Simon s'est quand même montré satisfait de son niveau de jeu par rapport à  celui affiché à Indian Wells, où il n'avait pas rendu une copie propre en trois  matches, et à Miami, où il avait surtout profité des fautes directes adverses.

"C'était beaucoup, beaucoup mieux même si c'est loin d'être parfait, j'ai  fait plus de choses sur le terrain, a-t-il commenté. Au moins, ça avait de la  +gueule+, même si je ne suis toujours pas super à l'aise au service." Le Français de 28 ans, qui navigue sur le circuit ATP sans entraîneur  depuis sa séparation d'avec Thierry Tulasne en septembre, a toutefois concédé  que sa façon de se compliquer la vie n'était pas forcément la bonne solution:  "Cela ne m'avance pas nécessairement de ne pas me rendre le match facile",  a-t-il concédé dans une phrase aussi alambiquée que certains de ces derniers  matches.

Résultats des 8e de finale

David Ferrer (ESP/N.3) bat Kei Nishikori (JPN/N.13) 6-4, 6-2
Jurgen Melzer (AUT) bat Albert Ramos (ESP) 2-6, 6-3, 6-3
Richard Gasquet (FRA/N.8) bat Nicolas Almagro (ESP/N.10) 6-7 (3/7), 7-5,  7-6 (7/3)
Tomas Berdych (CZE/N.4) bat Sam Querrey (USA/N.17) 6-1, 6-1
Marin Cilic (CRO/N.9) bat Jo-Wilfried Tsonga (FRA/N.6) 7-5, 7-6 (7/4)
Andy Murray (GBR/N.2) bat Andreas Seppi (ITA/N.16) 6-2, 6-4
Gilles Simon (FRA/N.11) bat Janko Tipsarevic (SRB/N.7) 5-7, 6-2, 6-2
Tommy Haas (GER/N.15) bat Novak Djokovic (SRB/N.1) 6-2, 6-4

AFP