Novak Djokovic et Rafael Nadal
Novak Djokovic et Rafael Nadal à la remise des trophées 2012 à Monte Carlo | SEBASTIEN NOGIER / AFP

Djokovic-Nadal, retrouvailles attendues

Publié le , modifié le

Novak Djokovic veut déloger Rafael Nadal de son piédestal, le Rocher monégasque. Le numéro 1 mondial serbe a aujourd'hui l'occasion de mettre fin au plus long règne jamais vu sur la planète tennis. Depuis 2005, l'Espagnol (N.3) est en effet invaincu en Principauté. Mais les deux joueurs ne sont pas au top de leur forme.

Comme en 2012, la finale de Monte-Carlo oppose donc ce dimanche Rafael Nadal à Novak Djokovic. Entre les deux meilleurs joueurs du monde depuis trois ans, la 34e rencontre entre les deux champions (17 titres du Grand Chelem à eux deux dont 11 pour Nadal) s'annonce indécise même si le Majorquin évoluera sur sa surface fétiche.

46 victoires de suite pour Nadal

L'enjeu sera important. Nadal remet en jeu une invincibilité  incroyable, qui dure depuis 46 matches à Monte-Carlo, et espère décrocher un  neuvième titre consécutif sur le Rocher, un exploit hallucinant. Djokovic voudra lui marquer des points sur le plan psychologique dans  l'optique de Roland-Garros, "sa priorité N.1" cette année.

Battu par Nadal  en finale en 2009 et en 2012, il espère aussi décrocher son  premier titre à Monte-Carlo, l'endroit où il réside et s'entraîne. "Je n'y vais pas pour faire de mon mieux, j'y vais pour gagner", dit-il. L'année dernière, il n'avait pourtant pas vu le jour, écrasé 6-3, 6-1 par  Nadal  qui mettait ainsi fin à sept défaites de suite face au Serbe.

Leurs retrouvailles dimanche s'annoncent intéressantes et incertaines  puisque les deux ne sont pas dans leur forme optimale. Nadal , après avoir manqué sept mois la saison dernière à cause d'une  blessure au genou gauche, avoue ressentir des douleurs "un peu partout" et  Tsonga a estimé qu'il "n'était pas au top physiquement".

Djokovic est monté en puissance, pas Nadal

Vendredi déjà, le Majorquin avait été bousculé comme jamais depuis sept ans  sur le Rocher par le jeune Bulgare Grigor Dimitrov en quarts. Il a aussi dilapidé une belle avance au score contre Jo-Wilfried Tsonga samedi en demi-finales, ce qui n'est pas dans les habitudes du grand Nadal.

Djokovic, lui, a failli déclarer forfait pour le tournoi à cause d'une  entorse à la cheville droite contractée il y a deux semaines en Coupe Davis. Après deux premiers matches compliqués, au cours desquels il a perdu un set à chaque fois (contre Youzhny et Monaco), le N.1 mondial monte toutefois en régime, dit avoir "beaucoup  moins mal", et reste sur deux victoires limpides en deux sets dont une démonstration hier face à Fabio Fognini.

Le choc entre les deux maîtres de l'ère post Federer promet peut-être moins qu'une finale de Grand Chelem comme celle de l'Open d'Australie 2012, épique, mais les deux hommes sont réputés pour ne rien lâcher, même quand ils n'évoluent pas à 100% de leurs capacités. De quoi ravir le public du MCCC qui aura la chance de voir la première confrontation entre Djokovic et Nadal depuis mai dernier en finale de Roland-Garros.