Novak Djokovic
Novak Djokovic soulève pour la deuxième fois de sa carrière le trophée de Bercy | AFP - MIGUEL MEDINA

Djokovic au sommet au bon moment

Publié le , modifié le

Vainqueur pour la deuxième fois du Masters 1000 de Bercy, Novak Djokovic n'avait pas le coeur à faire la fête. Satisfait de son succès sur David Ferrer en finale, il doit désormais se plonger dans le Masters de Londres, puis dans la finale de la Coupe Davis. Avec la satisfaction de jouer son "meilleur tennis de l'année", et d'avoir encore été loin pour remporter cette victoire, notamment dans le domaine physique.

Pas d'exubérance, pas de triomphalisme. Novak Djokovic ne fait pourtant pas partie de cette catégorie de pâles joueurs, d'homme peu démonstratif. Mais après sa victoire en finale de Bercy, aux dépens de David Ferrer, il a été très calme. Douché, en tenue "civile", il est arrivé rapidement en conférence de presse. Car sa saison est encore loin d'être finie, avec le Masters de Londres et un match attendu contre Roger Federer dès mardi, puis la finale de la Coupe Davis contre la République tchèque à la mi-novembre. Lancé dans un tunnel de victoires (17 depuis sa défaite en finale de l'US Open), le Serbe reste concentré. 

La difficulté de jouer David Ferrer

"Il défendait son titre. En entrant dans le match, je savais que je devais beaucoup batailler pour chaque point et qu'il n'allait me donner aucun point gratuit. Il est un des joueurs les plus respectés sur le circuit parce qu'il travaille extrêmement dur. Il est en même temps très humble, et très sympa. Les quatre, cinq jeux au départ, il était vraiment devant, c'était lui le meilleur. Il prenait la balle très tôt, il me faisait courir partout sur le court. Physiquement, je ne me sentais pas aussi bien aujourd'hui, mais sur les points importants, j'ai réussi à surmonter l'épreuve et à jouer les coups qu'il fallait.
Au deuxième set, quand il a servi pour le set, j'ai eu beaucoup de chance de pouvoir revenir dans le  match. C'est lui qui m’a donné ce jeu en faisant quelques erreurs directes. Ensuite, lorsqu’il m'a donné des possibilités, j'ai réussi à les convertir.
David est solide sur n'importe quelle surface. On sait ce que l’on peut attendre de lui. On s'attend à ce qu’il ait un grand esprit de compétition du premier au dernier point . Son jeu n'a pas beaucoup de haut et de bas. Il reste en permanence à un niveau très élevé."

Sa tactique

"Il fallait que je construise très bien mes points contre David et en même temps, il fallait que je sois agressif. Quand on cherche à être agressif, on fait parfois des erreurs quand ça ne tourne pas en votre faveur. David est le genre de joueur qui vous oblige toujours à jouer encore un coup de plus et c'est pour cela que j'ai raté des revers, et ça, ça a été un problème. Sur les points importants, j'ai réussi à rester patient et à l'obliger à aller chercher le point. C'est là où il a fait quelques erreurs et il m'a permis de gagner. Contre un joueur comme lui, il faut bien servir et gagner quelques points gratuits avec son service. Si ce n'est pas le cas, on rentre dans sa propre machine et il vous use."

Son niveau de jeu

"Je joue en ce moment le meilleur tennis de l'année, y compris avec le début de l'année à l’Open d'Australie et à Dubaï où j'ai eu une bonne série. J'ai bien démarré 2013. Pendant l'été, il y a eu des hauts et des bas, et maintenant, de nouveau, je retrouve un niveau très élevé. J'ai beaucoup de confiance en moi-même, en mon jeu. Je me trouve vraiment à un bon moment. Je m'amuse beaucoup en jouant. Je pense avoir bien calculé mon programme, même si ça fait trois semaines d'affilées avec ce tournoi et encore la semaine prochaine."

Son physique

"Physiquement, c'est très fatiguant, mais je ne suis pas le seul dans cette situation. Les meilleurs joueurs ont tous eu une longue saison. Il faut trouver la force et la manière de bien récupérer. Chaque jour compte pour moi. Je ne peux pas me plaindre maintenant. Le calendrier est ainsi. L’année prochaine, il y aura une semaine entre Paris et Londres. Cette année les huit quarts de finalistes étaient tous ceux qui allaient jouer à Londres la semaine prochaine. Nous avons tous prouvé à quel point nous respections ce tournoi et combien nous voulions bien jouer ici. J'ai beaucoup aimé cette semaine. Aujourd'hui, on a commencé le match en faisant dès le départ de très longs échanges. Le sentiment général que j'ai eu, c'est que je n'étais pas aussi bien physiquement que le reste de la semaine. Mais c'est important de rester fort et de surmonter ses problèmes. Ce n'est pas la première fois que je suis confronté à ce type de situation difficile. Je sais qu'il faut pousser jusqu'aux limites, même au-delà des limites. Cela vous aide à découvrir jusqu'où vous pouvez aller. C'est un autre aspect positif de ce match."

Vidéo-Djokovic: "J'ai su saisir ma chance"