Novak Djokovic
Novak Djokovic | AFP - DPPI MEDIA - BACKPAGE IMAGES Ltd - ELLA LING

Djokovic au révélateur de la terre

Publié le , modifié le

Après un départ en trombe, Novak Djokovic veut encore accélérer sur le chemin de Roland-Garros, en réussissant la transition sur terre battue dès le tournoi de Monte-Carlo qui débute dimanche et où Rafael Nadal se lance à tâtons.

Jusqu'ici, le Serbe, N.1 mondial, n'a laissé que des miettes à ses  concurrents, faisant main basse sur les trois premiers grands rendez-vous de  l'année à l'Open d'Australie, et les Masters-1000 d'Indian Wells et de Miami. Intraitable sur dur, "Nole" a maintenant pour objectif de le devenir sur la  terre ocre pour conquérir les Internationaux de France, le seul Grand Chelem  manquant à son palmarès. En cela, le tournoi monégasque représente une bonne  rampe de lancement. Toujours battu à Roland-Garros par le spécialiste Nadal , Djokovic est plus  à son avantage sur le Rocher, où il réside et où il avait mis fin en 2013 au  règne de huit ans du Majorquin.

Cette année, Djokovic pourrait retrouver le "Taureau de Manacor" sur sa  route dès les demi-finales, après un quart hypothétique contre le Français  Jo-Wilfried Tsonga ou le Croate Marin Cilic, tous deux en quête de repères pour  leur deuxième tournoi - seulement - de l'année. Pour Nadal , à la peine en début de saison, il s'agira surtout de retrouver  rapidement confiance sur la surface qui l'a fait roi. Redescendu au 5e rang  mondial, l'Espagnol n'a eu qu'un titre mineur (Buenos Aires) à se mettre sous  la dent pour l'instant et a enchaîné les défaites surprenantes contre des  joueurs qui constituent d'habitude ses victimes favorites. La dernière en date, Fernando Verdasco l'a dompté en trois sets dès le  troisième tour de Miami. En proie à une inhabituelle nervosité, visible aussi à  Indian Wells (quarts) ou à Rio (demi-finale), Nadal  devra la chasser rapidement  s'il veut se mettre en bonne condition pour décrocher "La Decima", une dixième  victoire à Roland-Garros.

Retrouvailles Federer-Wawrinka?

A Monte-Carlo, où il se sent le plus souvent comme un poisson dans l'eau,  le tirage a mis sur sa route quelques potentiels écueils. Dès son entrée en  lice, ce sera d'abord un jeune prometteur, l'Autrichien Dominic Thiem ou le  Français Lucas Pouille, et peut-être ensuite le grand serveur américain John  Isner, qui l'avait poussé au cinquième set à Roland-Garros en 2011. En quart, il pourrait croiser le Français Gilles Simon ou son compatriote  David Ferrer, qui l'avait éliminé à ce stade l'an dernier. Le Valencien, finaliste de Roland-Garros en 2013, s'était ensuite arrêté en  demie contre le vainqueur final Stan Wawrinka qui avait alors remporté son  premier Masters-1000 après une victoire retentissante en Grand Chelem à  Melbourne. Cette année, le Vaudois, redescendu au classement (N.9), retrouvera  potentiellement Roger Federer dès les quarts, qu'il avait battu dans une finale  100% suisse en 2014.

Murray et Nishikori absents 

Auteur d'un très bon début d'année (titres à Dubai et Brisbane, finale à  Indian Wells), dans l'ombre toutefois de Djokovic, le Bâlois aimerait bien  mettre enfin la main sur Monte-Carlo, l'un des seuls Masters-1000 qui lui  manque (avec Rome). Avant les éventuelles retrouvailles avec Wawrinka, le N.2 mondial aura  peut-être droit à deux Français, Jérémy Chardy, puis Gaël Monfils, qui a obtenu  une invitation de dernière minute pour le tournoi, où il ne comptait pas se  rendre initialement. En demi-finale, le Canadien Milos Raonic (N.6) ou le Tchèque Tomas Berdych  (N.8), pourraient se dresser sur la route de l'un des Helvètes. Des membres du  Top 10, il ne manque en fait que le Japonais Kei Nishikori (N.4) et l'Écossais  Andy Murray (N.3) qui célébrait son mariage ce weekend.

AFP