Novak Djokovic
Novak Djokovic, bras levés en signe de victoire | AFP - FRANCK FIFE

Djokovic arrête encore Murray à Bercy

Publié le , modifié le

Pour la quatrième fois de la saison, Novak Djokovic a dominé Andy Murray, lors des quarts de finale du Masters 100 de Paris-Bercy. Le Serbe, déjà vainqueur du Britannique à Miami, l'US Open et Pékin, s'est imposé 7-5, 6-2 en 1h41. Le tenant du titre se qualifie donc pour les demi-finales et conforte sa place de N.1 mondial, surtout après l'élimination de Roger Federer par Milos Raonic.

Andy Murray n'arrive toujours pas à se hisser en demi-finale à Bercy. Pour la cinquième fois de sa carrière, il est stoppé en quarts de finale. Et pour la quatrième fois de la saison, et la septième fois lors de leurs 8 derniers duels, Novak Djokovic est sorti vainqueur de leur face-à-face. Pour leur 23e match sur le circuit, le Serbe a engrangé une 15e victoire, qui le rapproche un peu plus de la conservation de sa place de N.1 mondial, convoité par Roger Federer.

Cette victoire, "Djoko" l'a construite petit à petit, dès le début de la rencontre. Dès le premier jeu de service de l'Ecossais, il se procurait deux balles de break. A (4-3), il s'en procurait encore une, et sa balle flirtait avec la ligne de fond. Andy Murray la jouait, envoyant son revers dans le filet avant de demander le hawk-eye. La vidéo confirmait que la balle était bien faute, mais le Serbe râlait auprès de l'arbitre, considérant que son rival avait joué la balle normalement. Finalement, la différence se faisant au douzième jeu, sur la 7e balle de break proposée au N.1 mondial, avec un coup droit dans le filet de son adversaire. Après 1h04, Nole réalisait enfin le break, empochant en même temps le premier set (7-5), sans avoir concédé la moindre balle de break.

Le rouleau-compresseur Djokovic

Et tout semblait bien s'emboîter ensuite puisque la tête de série N.1 se procurait trois balles de break sur le premier jeu de service adverse. Mais le protégé d'Amélie Mauresmo les effaçait toutes trois, avant de se procurer à son tour, au jeu d'après, sa première balle de break du match. Mais il commettait un revers bien moche dans le filet. Le bras avait peut-être tremblé, mais il était imité par son adversaire, qui délivrait juste après une double-faute. Cette deuxième occasion, Murray ne la laissait pas passer. Il menait (2-1), mais ne parvenait pas à conserver cet avantage, cédant son service au jeu suivant, sur un nouveau coup droit dans le filet (2-2). Placé sur l'autoroute, le tenant du titre accélérait, et son rival ne parvenait plus à suivre le rythme. Sur les derniers jeux, l'Ecossais ne bénéficiait que des miettes. Finalement, sa défaite intervenait après 1h41, sans qu'une autre issue ait paru possible.

"Contre Andy, c'est toujours physique, avec beaucoup d'échanges, un  style de jeu similaire", remarquait le Serbe. "C'est le jeu du chat et de la souris quand nous nous  rencontrons. Peu de points peuvent décider du vainqueur. C'est ce qui est  arrivé au premier set. Le break a été crucial. Il a breaké en premier dans le  second set. J'étais un peu frustré d'avoir manqué tant d'opportunités. Puis  j'ai réussi à revenir. J'ai bien retourné et été très précis au service quand  il le fallait."

Thierry Tazé-Bernard @thierrytaze