Rafael Nadal
Rafael Nadal | AFP

Del Potro cale face à un grand Nadal

Publié le , modifié le

Rafael Nadal a confirmé son retour au plus haut niveau en remportant son 53e tournoi ATP, son 22e Masters 1000 (record amélioré) et son troisième Indian Wells à l'issue d'une grande finale contre un vaillant Juan Martin Del Potro (4-6, 6-3, 6-4). L'Espagnol, qui en a profité pour remporté le 600e match de sa carrière et son premier sacre sur dur depuis 889 jours, reprendra ce lundi la 5e place mondiale à David Ferrer.

Rafael Nadal et Juan Martin Del Potro ont régalé la foule californienne en se livrant un combat de titans finalement remporté par le plus titré des deux hommes. Après un mois de février très prometteur –deux succès et une défaite en finale en Amérique latine, le Majorquin a prouvé qu'il avait recouvré tous ses atouts malgré sa très longue absence du circuit (7 mois entre la fin juin 2012 et février 2013).

Combat acharné

Le duel fût féroce et spectaculaire même si Del Potro a craqué sur la fin de match, ce qui est compréhensible après ses travaux d'Hercule des derniers jours (victoires contre Murray puis Djokovic après avoir été mené un set à rien à chaque fois). Cette fois, c'est lui qui n'a pas tenu la distance face au joueur aux 11 titres du Grand Chelem. Une statistique résume bien la rencontre acharnée que se sont livrés les deux hommes et la domination de Nadal: l'Ibère s'est procuré 18 balles de break en tout (pour 4 occasions saisies) contre 3/3 à JMDP.

Après trois occasions gâchées, Nadal breakait d'entrée Del Potro sur un coup droit magnifique pour mener 2-0 puis 3-0 après confirmation sur son engagement. Mais la Tour de Tandil revenait sans s'affoler grâce à son coup droit bombé puissant. A 1-3, il prenait le service de Nadal grâce à un superbe retour de coup droit décroisé court. Puis il confirmait dans la foulée pour égaliser à 3 jeux partout. L'Argentin accélérait encore pour ravir une seconde fois le service adverse dans cette manche (sur une nouvelle faute en coup droit de l'Espagnol) et conclure ensuite à sa troisième balle de set sur un magnifique échange ponctué d'une volée de revers splendide (6-4 après quasiment une heure de jeu).

Del Potro rate le coche

Dès l'entame de la seconde manche, Del Potro accentuait la pression sur son rival en l'assommant de coups droits monstrueux, exactement comme lors de la demi-finale de l'US Open 2009 quand Nadal s'était fait laminé par "Delpo" (6-2, 6-2, 6-2). Soutenu par les nombreux supporters argentins, il profitait d'une nouvelle erreur d'un Nadal moins précis pour mener 1-0, service à suivre.

Il était néanmoins contraint de sauver une balle de débreak dans la foulée, mais il s'en sortait admirablement avec une bonne première (2-0). Sans démériter, le Majorquin ne parvenait pas à retrouver son niveau des matches précédents contre Federer et Berdych, tandis que Del Potro évoluait sur le même tempo que dans ses affrontements avec Murray et Djokovic.
Le numéro 7 mondial effectuait la course en tête sans s'affoler malgré la résistance d'un Nadal toujours combattif. Le public américain se régalait devant l'énergie et le talent déployés par les deux protagonistes. Mais la plupart des points clefs du match tombaient dans l'escarcelle du Sud-Américain, très agile malgré sa grande taille (1,98 m).

Nadal renverse tout

Nadal profitait néanmoins d'un passage à vide de son rival pour se procurer deux balles de break à 3-2. Del Potro sauvait la première sur une merveille de demi-volée amortie de coup droit digne de John McEnroe. Mais il sortait un revers –trop long- juste après pour permettre au taureau de Manacor de recoller à 3-3. A 4-3 pour lui, Nadal s'offrait une nouvelle occasion de breaker mais l'Argentin s'appuyait de nouveau sur son engagement pour écarter la menace. Sur la deuxième, le septuple vainqueur de Roland-Garros résistait aux assauts adverses avant de renverser l'échange pour conclure par deux coups droits énormes (5-3). Il s'adjugeait le set sans trembler sur un jeu blanc et un ace (6-3 après 1h36). Nadal n'avait fait que 8 fautes directes contre 14 au cours du premier acte.

Au tout début de la troisième manche, Del Potro se voyait contraint de sauver deux nouvelles balles de break après quelques attaques énormes de Nadal. Deux coups droits surpuissants lui permettaient de résister à la furia méditerranéenne. Après un nouveau sauvetage, le grand escogriffe s'en sortait bien: le jeu avait duré un bon quart d'heure (1-0).

Intraitable Nadal

Mais ce qu'on pressentait allait se réaliser. Nadal tournait comme une horloge alors que ça commençait à grincer sévère dans le camp d'en face. L'Espagnol ravissait finalement la mise en jeu argentine au prix de quelques coups droits dévastateurs, dignes des plus grandes années de la carrière du numéro 5 mondial du moment (2-1).

Nadal confirmait son avantage (3-1) malgré la résistance acharnée de Delpo. Ses parpaings de coup droit détraquaient le jeu de l'Argentin (4-2 après un jeu blanc).  A 3-5, l'Argentin annihilait trois balles de match à 0-40 avant de revenir à 4-5. Le public était aux anges au moment où Rafael Nadal servait pour le match. Le gaucher ne tremblait pas pour conclure et remporté son plus grand titre depuis Roland-Garros. Sur une ultime faute de Del Potro, il se laissait tomber au sol, comblé par son retour gagnant. Chapeau Nadal. Chapeau Messieurs.

Au terme de la partie, Rafael Nadal s'est exprimé au micro de Brad Gilbert, l'ancien joueur US. "Félicitation à toi, Juan Martin", a salué Nadal. "Il va se passer plein de belles choses pour toi cette année". "Je veux remercier tous mes amis et ma famille", a-t-il poursuivi. "Sans eux, je n'aurais pas pu revenir après ces sept mois. Merci à vous le public de m'avoir soutenu. Je me suis senti comme à la maison. Ce tournoi d'Indian Wells est l'un de mes préférés".