Andy Murray
Le joueur écossais Andy Murray | AFP - MIGUEL MEDINA

BNP Paribas Masters : Murray domine Ferrer et s'offre sa première finale

Publié le , modifié le

Andy Murray a dominé en deux sets l'Espagnol David Ferrer en demi-finale du BNP Paribas Masters à Paris. La tête de série numéro 2 s'est imposé en deux manches 6-4, 6-3 et a dû s'employer pour défaire un Espagnol fidèle à sa nature, accrocheur. En finale, l'Ecossais affrontera Novak Djokovic ou le Suisse Stan Wawrinka.

La 17e confrontation entre Andy Murray et David Ferrer a tourné en la faveur du premier. Comme lors des trois dernières confrontations, dont une lors du dernier Roland-Garros, Murray a dompté la fougue de l'Espagnol pour se qualifier pour la première finale de sa carrière à Paris. Plus solide et plus tranchant, Murray a toutefois alterné le bon et le moins bon puisqu'il a gâché une avance de 3-1 dans le premier set et était mené 1-3 dans le deuxième. Mais le numéro 3 mondial a su se reconcentrer et gommer ses erreurs pour finalement s'imposer en 1h35.

En cette fin de saison, Andy Murray est tout entier tourné vers la finale de Coupe Davis contre la Belgique. A Paris, où il a rarement brillé, l’objectif est de ne pas trop puiser dans ses réserves. Alors quand il a breaké d’entrée David Ferrer, le Britannique semblait décidé à vite plier l’affaire. L’Espagnol a frôlé la correctionnelle en écartant deux balles de double-break et en remportant son premier jeu de service après 10 minutes de lutte pour revenir à 2-1. Solide sur sa mise en jeu, Murray a ensuite confondu vitesse et précipitation. Pressé de faire les points, il a multiplié les fautes directes (19 après sept jeux) et permis à Ferrer de revenir à 3-3 et même de mener 4-3. Mené 0-40 sur son service et après avoir perdu 14 des 17 derniers points, l’Ecossais s’est remis dans le bon sens. Il a effacé quatre balles de break et claqué deux aces pour recoller (4-4). La chance de Ferrer dans cette première manche était passée. Breaké blanc dans la foulée, il cédait 6-4.

Murray inconstant mais plus tranchant

Mais Ferrer est réputé pour sa ténacité. Le "Pou" ne s’élimine pas si facilement. Il a collectionné les balles de break dès le début de la seconde manche : trois lors des deux jeux de Murray. La troisième était la bonne après une énorme erreur en revers de Murray qui retombait dans les mêmes travers que la première manche. Le doute n’aura duré qu’un jeu. Le temps pour l’Ecossais de débreaker après un superbe passing de coup droit en bout de course qui a filé long de ligne. De 1-3 à 4-3, Murray a complètement renversé la vapeur et a confirmé son break d’un superbe revers long de ligne (5-3). Murray s’est même offert le luxe d’un cinquième break et un cinquième jeu d’affilée pour conclure cette partie. Efficace sur le service adverse (5/9 aux balles de break) mais aussi inconstant (26 coups gagnants, 34 fautes directs), l’Ecossais n’a pas eu besoin de sortir son meilleur tennis. Mais, face à Djokovic ou Wawrinka, il devra faire mieux s’il veut s’imposer dimanche.