BNP Paribas Masters : face à Milos Raonic, Jo-Wilfried Tsonga entame sa mission impossible

BNP Paribas Masters : face à Milos Raonic, Jo-Wilfried Tsonga entame sa mission impossible

Publié le , modifié le

D'abord décevant puis renversant face à Kei Nishikori en huitièmes de finale du BNP Paribas Masters, Jo-Wilfried Tsonga fait aujourd'hui face à une autre pointure du tennis mondial. Le géant canadien, Milos Raonic, se dresse devant lui pour une place dans le dernier carré. Si pour le moment, le Manceau ne veut pas se projeter plus loin, un succès lui permettrait de rêver. Sa mission impossible, s'il l'accepte : soulever le trophée comme en 2008 et se qualifier pour le Masters de Londres.

"Quand je me livre à fond, je peux faire jeu égal avec les meilleurs joueurs du monde". Confiant, sans doute soulagé après son exploit face à Kei Nishikori, Jo-Wilfried Tsonga, alors 13e à l'ATP, semblait tout feu tout flamme hier soir en conférence de presse d'après-match. Maintenant, il s'agit de poursuivre sur cette dynamique de victoire renversante. Exit les doutes ou les pépins physiques, il faut faire place aux certitudes. Face au Japonais, elles ont finalement été nombreuses. Sa capacité mentale à réagir après un premier set désastreux – une bulle en 22 minutes – démontre à quel point Tsonga peut marcher sur n'importe quel adversaire. En retrouvant une première balle destructrice, puis en se montrant constant et régulier dans l'échange, alors oui le Français est capable de rivaliser avec les meilleurs mondiaux. Maintenant, ce n'est plus sur un match qu'on l'attend mais sur une succession de performances. Et Milos Raonic tentera clairement de contrarier tout ça.

"Je suis là pour gagner les matches"

Le Canadien, depuis sa demi-finale perdue à Cincinnati en août face à Andy Murray, a plus ou moins balbutié son tennis. L'occasion lui semble idéale pour finir en trombe une saison tout de même bien menée avec en point d'orgue cette finale à Wimbledon et un joli classement (5e). Mais Jo-Wilfried Tsonga, de son côté, veut stopper l'hémorragie : le natif du Mans reste en effet sur deux défaites face à Raonic (Madrid 2016 et Rome 2014). Sur terre battue certes, mais au final, son dernier succès remonte à plus de trois ans à Indian Wells. "Je suis là pour gagner les matches, pour essayer d'aller chercher un trophée. Je prends les matches les uns après les autres (…) Raonic est un joueur contre qui je n'ai pas très bien joué les dernières fois. J'aimerai donc bien gagner cette fois-ci". Le rendez-vous est pris. Mais pas question, devant la presse du moins, de penser au titre et donc au billet pour le Masters de Londres (du 13 au 20 novembre). Pourtant, il paraît évident qu'un tel compétiteur puisse se donner un tel objectif. Pour avoir un but. Pour se motiver. Puis pour vaincre et exulter.

Devant un public parisien toujours aussi exigeant, mais qui "ne pose aucun problème" à Jo-Wilfried Tsonga du moment "qu'il se donne à fond et fait le maximum", le Français semble donc conscient qu'une belle récompense peut se présenter à lui. Il lui faudra se montrer encore plus fort que la veille. Il lui faudra se transcender. Après seulement, on pourra faire les comptes. Puis savoir si sa mission est réussie.

Quentin Ramelet @Quentin_Ramelet

Masters 1000