La déception d'Andy Murray
L'Ecossais Andy Murray dans la difficulté | AFP - MIGUEL MEDINA

BNP Paribas Masters : Andy Murray se fait une grosse peur contre Fernando Verdasco

Publié le , modifié le

En course pour tenter d'arracher à Novak Djokovic sa place de N.1 mondial, Andy Murray a bien failli dire adieu à ce rêve dès son entrée en lice lors du BNP Paribas Masters de Bercy. Opposé au vétéran mais valeureux Fernando Verdasco, l'Ecossais a eu besoin de trois manches et 2h28 (6-3, 6-7 [5], 7-5). Murray jouera Lucas Pouille au prochain tour.

Quand Verdasco a eu deux balles de break à 5-5, 15-40 dans le troisième set, on a bien cru que Murray devrait renoncer à devenir N.1 mondial cette semaine. Pour y parvenir, il doit gagner le tournoi contre un autre adversaire que Djokovic en finale, ou jouer la finale sans que le Serbe atteigne les demies. Mais l'Espagnol, 33 ans ce mois-ci, n'a pas conclu. Puis dans le dernier jeu, perturbé par la course inopinée d'un ramasseur de balles alors qu'il avait déjà lancé sa balle de service, il s'est désagrégé : jeu blanc.

Murray, la machine

Rien n'annonçait un premier tour aussi compliqué pour l'Écossais, qui reste sur une exceptionnelle série de victoires : 6 tournois remportés, dont Wimbledon et les JO, sur 8 disputés depuis sa finale perdue à Roland-Garros, 16 matches gagnés d'affilée, série en cours, aux tournois de Pékin, Shanghai et Vienne qu'il vient de faire tomber dans son escarcelle. Le Madrilène n'est plus que 46e mondial et n'avait battu Murray qu'une fois en douze matches. Il avait perdu au premier tour de ses trois précédents tournois. Mais avec ses grosses premières balles et ses énormes coups droits de gaucher, il peut redevenir dangereux à tout moment: Rafael Nadal l'avait vérifié en janvier en s'inclinant au premier tour de l'Open d'Australie.