Roger Federer et Rafael Nadal
A Bâle, Federer a triomphé de Nadal en finale | FABRICE COFFRINI / AFP

Bercy: Nadal et Federer veulent retrouver le bon vieux temps

Publié le , modifié le

Roger Federer et Rafael Nadal débutent ce mercredi leur BNP Paribas Masters respectivement face à Seppi et Rosol. Si le Suisse réussit une saison remarquable, l'Espagnol a peiné pour trouver son meilleur niveau. Dans la dernière ligne droite de la saison, les deux joueurs ont un ennemi commun, Novak Djokovic.

L’un vient de terminer sa plus mauvaise saison depuis dix ans. L’autre a été quasiment le seul à tenir tête à l’ouragan Djokovic. L’un est aujourd’hui sixième mondial, l’autre dauphin du maître. Qui aurait prédit il y a quelques années que les courbes de résultats de Rafael Nadal et Roger Federer allaient s’inverser de la sorte ? Probablement pas grand monde quand le corps du Suisse l’a fait souffrir au tournant de la trentaine et que l’Espagnol dominait ce qu’il pouvait. A l’aube de leur entrée en lice au BNP Paribas Masters, les meilleurs ennemis de ces dix dernières années sur la planète tennis se sont présentés tour à tout devant la presse. Avant Bercy, les deux sont dans la même situation : ils cherchent des solutions pour enrayer la domination du « Djoker ».

Federer vainqueur en 2011

« Il aime jouer ces tournois. Il aime bien ces surfaces, il s’y sent très à l’aise » explique Nadal. « Il connait bien ce Masters 1000 » abonde Federer. Le Serbe est aujourd’hui double tenant du titre et vainqueur trois à trois reprises à Bercy (recordman avec Becker et Safin). Au contraire de « Rafa », Federer a déjà triomphé dans le sud-est parisien, c’était en 2011 face à Tsonga, un excellent souvenir pour « Roger ». Le Suisse arrive dans une forme plus qu'acceptable à Paris. Il vient de remporter le tournoi de Bâle et se dit « content d’être là », d’autant plus qu’il « récupère assez rapidement » après sa semaine en Suisse. Si je veux aller loin, j’ai intérêt à me relâcher un maximum » explique le numéro 2 mondial toujours très à l'aise dans les conditions indoor même si selon lui « Bercy est plus lent et nécessite une adaptation rapide ».

Nadal en forme

De son côté, Rafael Nadal arrive aussi en confiance à Paris. Il reste en effet sur deux finales (Pékin et Bâle) et une demi-finale (Shanghaï) sur ses trois dernières semaines. De quoi gonfler le moral à l’approche des deux derniers tournois de la saison (Bercy puis le Masters de Londres). Vierge de tout Masters 1000 pour la première fois depuis 2005, le palmarès de l’Espagnol cette saison manque de relief. Et s’il est difficile de l’imaginer triompher à Paris vu sa moindre accointance avec l’indoor et le tableau proposé, une demi-finale face à Djokovic serait une jolie performance. « Je joue mieux à chaque match » avance le numéro 6 mondial. « Je suis content de ces trois dernières semaines, poursuit-t-il. J’ai été compétitif face à des très bons joueurs ». Tête de série numéro 7 du tournoi parisien, Nadal a tout de l’épouvantail du tableau. On imagine aisément que Federer, placé dans l’autre moitié de tableau, est très heureux d’éviter son rival espagnol qu’il a battu à Bâle dimanche. Et si les deux hommes se retrouvaient en finale à Bercy pour faire un joli pied de nez à leur ennemi commun, Novak Djokovic ?