BNP Paribas Masters Murray 112016
La rage de l'Ecossais Andy Murray | AFP - Franck Fife

Andy Murray bat John Isner et remporte le BNP Paribas Masters

Publié le , modifié le

Même si cela n'a pas été une promenade de santé, Andy Murray, le nouveau numéro un mondial depuis samedi, a remporté dimanche le BNP Paribas Masters pour la première fois en battant l'Américain John Isner 6-3, 6-7 (4/7), 6-4. C'est le 8e titre de la saison pour l'Ecossais et le quatorzième Masters 1000 de sa carrière.

Presque imbattable depuis l'été dernier, le Britannique a gagné son quatrième trophée d'affilée après Pékin, Shanghai et Vienne la semaine dernière. Il reste sur une série de 19 matches gagnés. Il est le grand patron de cette deuxième partie de la saison, peut être même le joueur de l'année, avec un Grand Chelem à Wimbledon, trois Masters 1000 à Rome, Shanghai et Paris et la médaille d'or aux JO. Djokovic a toutefois conquis plus de titres prestigieux que lui: deux Grands Chelems (Australie, Roland-Garros) et quatre Masters 1000 (Indian Wells, Miami, Madrid, Toronto). Le Serbe l'a aussi battu trois fois sur quatre en 2016, dont deux fois en finale de Grand Chelem (Melbourne, Paris).

Une première à Bercy

Le Masters de Londres, du 13 au 21 novembre, pourrait servir de juge de paix entre les deux champions. Quadruple tenant du titre, Djokovic y aura la possibilité mathématique de reprendre la première place car il n'a que 405 points de retard au classement (le titre au Masters vaut jusqu'à 1500 points si le vainqueur gagne tous ses matches). Reste à savoir s'il saura rebondir en si peu de temps après avoir paru émoussé physiquement et mentalement à Paris. Sur sa lancée, c'est Murray qui sera le grand favori pour un premier titre dans une épreuve qui ne lui a jamais réussi (aucune finale en sept participations).

Le tournoi parisien était l'un des derniers Masters 1000 qui résistait à l'Écossais, âgé de 29 ans, avec Monte-Carlo et Indian Wells. Il y avait perdu en finale l'an passé contre Djokovic. "Quand on a réussi quelque chose de grand, il arrive qu'on se sente un peu à plat le lendemain. Mais ce n'était pas le cas. Je n'avais pas le sentiment que le boulot était fait", a-t-il dit.

Isner trop maladroit...

Et la finale a été très accrochée. Comme d'habitude, Isner (2,06 m)  a été "monstrueux" au service (18 aces et 74% de premières balles). L'Écossais a parfois été sur la défensive face aux coups droits puissants d'Isner, mais il a souvent réussi à lui faire jouer le coup de trop. Murray a été le plus fort sur les points importants, notamment les six balles de break sauvées lors des deux premiers sets. Isner a lui été trop maladroit au filet, à l'image des deux derniers points du match, perdus sur deux volées de revers dans le filet.

VIDEO. Comment Murray a détrôné Djokovic 

La consécration pour Murray

 

francetv sport @francetvsport