Masters 1000 de Cincinnati : Novak Djokovic, vainqueur de Roger Federer, sera "fier" toute sa vie

Publié le

Auteur·e : AFP
Novak Djokovic fête son premier titre à Cincinnati
Novak Djokovic fête son premier titre à Cincinnati | MATTHEW STOCKMAN / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Visiblement ému après son succès en finale du Masters 1000 de Cincinnati, Novak Djokovic a expliqué qu'il serait "fier" pour le restant de ses jours de l'exploit qu'il vient de réaliser. Il est devenu le premier joueur de l'histoire à remporter tous les Grand Chelems, tous les Masters 1000 et le Masters.

Vous êtes désormais le seul joueur à avoir remporté chacun des neuf tournois Masters 1000 du circuit ATP. Quelle importance accordez-vous à cet exploit ?

Novak Djokovic : "C'est sans aucun doute un des moments les plus spéciaux de ma carrière. Réaliser des exploits, écrire l'histoire du sport que j'aime vraiment, tout cela est un privilège et un honneur dont je serai fier pour le restant de mes jours. Je l'avais déjà mentionné cette semaine, la perspective de remporter ce trophée m'a beaucoup motivé. Mais en même temps j'essayais de ne pas trop y penser, pour éviter de me mettre trop de pression sur les épaules. Car j'avais déjà manqué le coche plusieurs fois, notamment il y a trois ans contre Roger. Et en arrivant sur le court aujourd'hui, j'avais conscience d'avoir toujours perdu contre lui sur ce court. Mais en même temps, je croyais en mes chances parce que mon niveau est allé en s'améliorant au fil des matches."

Avez-vous le sentiment d'avoir réussi aujourd'hui votre meilleur match de la quinzaine sur dur américain ?

N.D. : "Oui, absolument, même si Roger n'a pas joué à son meilleur niveau. Il a manqué beaucoup de retours, et ne se déplaçait pas si bien que ça. Je pense qu'il n'a pas joué aussi bien que lors de ses matchs précédents cette semaine. Mais j'ai su de mon côté être solide et l'empêcher de développer son tennis d'attaque. Mais tout ça est plus facile à dire qu'à faire. Et je suis vraiment content de la manière dont j'ai su contrôler mes nerfs sur la fin."

Voilà encore un beau trophée à votre collection. Où les conservez-vous ? Avez-vous une salle particulière consacrée à votre collection de trophée ?

N.D.: "Oui mais elle est plus petite que celle de Roger ou de Rafa. Ou de Jimmy Connors. Mais bien sûr, je prends bien soin de mes trophées. La plupart d'entre eux sont en Serbie. Mes parents, et en particulier mon père, sont très fiers et les gardent précieusement. Nous avons un club de tennis à Belgrade, où nous avons une salle consacrée aux trophées."

AFP