L'extension de Roland-Garros sur le bon chemin

Publié le , modifié le

Un avis globalement favorable au projet d'extension du stade Roland-Garros a été rendu le 20 juin dans le cadre de l'enquête publique sur la révision du plan local d'urbanisme (PLU) qui avait démarré début février. Dans un rapport, la commissaire en charge de l'enquête publique (après avoir consulté 313 intervenants et décortiqué 600 observations) donne un "avis favorable" à cette extension, assorti toutefois de 5 réserves et 5 recommandations.

Parmi ces réserves figurent une demande de concertation du public et de créer un comité de suivi, d'inclure dans le PLU révisé une hauteur maximale des constructions à 21 mètres et de laisser à 18 mètres la hauteur maximale des constructions du cours Suzanne Lenglen. Une des réserves devrait rassurer les riverains: la durée de privatisation de l'avenue Gordon Bennett (qui passe au milieu du site) doit être ramenée à 6 semaines par an, "le reste de l'année l'avenue sera totalement accessibles aux véhicules et aux piétons", dit le rapport.

"Je me félicite que la ville et la FFT soient contraintes de réduire le périmètre de l'emprise du site et je suis aussi très inquiète pour la fragilité du patrimoine botanique qui n'est pas préservé par cette enquête" a déclaré Agnès Popelin, porte-parole des associations pour un autre Roland-Garros, jointe par l'AFP. Dans un communiqué le maire UMP de Boulogne-Billancourt Pierre-Christophe Baguet s'est lui félicité que les demandes de sa ville aient été prises en compte, appelant à "poursuivre la réflexion sur le projet de couverture d'une partie de l'A13" porté par des associations fer de lance d'un contre-projet. Dans un communiqué, la ville de Paris a pour sa part affirmé que "toutes les réserves seront levées", la FFT ayant "confirmé par courrier plusieurs engagements pris au cours de ces derniers mois".

AFP