L'entraîneur de tennis reconnait le viol

Publié le , modifié le

L'entraîneur de tennis de Levallois-Perret, alors à Sarcelles au moment des faits, a reconnu en garde à vue avoir commis un viol contre une des trois élèves mineures qui l'accusent d'avoir abusé d'elles entre 1999 et 2005, a déclaré Robert Gelli, procureur de la République de Nanterre.

"Il ne conteste pas les relations sexuelles avec ces trois jeunes filles, mais assure qu'elles étaient consentantes. Il a reconnu toutefois un viol dans un cas particulier", lors de sa garde à vue à la brigade de protection des mineurs (BPM) de la police judiciaire de Paris, a dit Robert Gelli.

L'homme, âgé de 48 ans et originaire du New Jersey (Etats-Unis), est soupçonné d'avoir commis entre 1999 et 2001 plusieurs "viols et agressions sexuelles" sur l'une de ses anciennes élèves, âgée de 12 ans au moment des  faits. Il aurait également entre 2001 et 2005 agressé et violé deux autres adolescentes de 17 ans à plusieurs reprises. Les faits se sont déroulés notamment à Paris, à La Baule  (Loire-Atlantique), dans les Hauts-de-Seine et le Val-d'Oise, tantôt à son  domicile, dans sa voiture, tantôt dans les locaux du club de Sarcelles ou lors  de déplacements pour des matchs ou des tournois.

L'homme reconnaît également avoir exercé des violences physiques et  psychologiques sur ses victimes. "Il a porté des coups, a filmé l'une d'entre elles en train de lui faire une fellation et a menacé la jeune fille de diffuser la vidéo", a détaillé le procureur. Le parquet de Nanterre a requis un mandat de dépôt à son encontre et  l'homme devrait être "mis en examen dans la journée", a-t-il ajouté.

Vidéo: le point sur l'affaire 

AFP