Jean Gachassin
Jean Gachassin, le président de la FFT, dans la tourmente. | ENZO TRIBOUILLARD / AFP

"Le Canard enchaîné" dénonce les frasques de Jean Gachassin à la FFT

Publié le , modifié le

Dans son édition datée de ce mercredi, Le Canard enchaîné dénonce les excentricités, entre petites combines sur la billeterie de Roland-Garros et fêtes un peu trop arrosées, de Jean Gachassin à la tête de la Fédération française de tennis. Des frasques bien souvent étoufées par la Fédération elle-même, selon l'hebdomadaire.

Il y avait l'affaire connue de la billetterie de Roland-GarrosLe Canard enchaîné, dans son édition du mercredi 17 février, dresse un portrait un peu plus accablant encore de la présidence de Jean Gachassin à la Fédération française de tennis. Pour rappel, l'ancien rugbyman aurait vendu à prix coûtant des billets du Grand Chelem parisien à une agence de voyage d'un ami, Midi Olympique Voyages, basée à Tarbes, laquelle les auraient revendus alors en montant des "packages VIP" au moins cinq fois plus cher selon "Le Canard".

Lire aussi Roland-Garros : une double billetterie en Midi-Pyrénées ?

Toujours selon l'hebdomadaire, Bernard Giudicelli, secrétaire général de la "fédé" se vantait, dans un courrier "confidentiel" adressé à ses partisans et daté du 25 janvier 2016, d'y avoir mis fin à l'époque et d'avoir décidé d'une "amnistie générale", ce qui explique que la combine n'ait été révélée qu'au tout début de l'année 2016. La première "affaire Gachassin" étouffée par la Fédération mais pas la dernière.

Gachassin appelé à la "modération"

Autre découverte croustillante livrée par le Palmipède, les écarts de conduite de Jean Gachassin en public. Le 13 février 2012, après une soirée au bar d'un hôtel de Vancouver (Canada) en plein premier tour de Coupe Davis, Gachassin se laisse un peu trop aller. Giudicelli, alerté par Gilbert Ysern, et trois dirigeants de la FFT adressent le message suivant à leur président: "Il n'est plus acceptable que dans l'exercice de tes fonctions, tu consommes de l'alcool jusqu'à l'ivresse. Sans aller jusqu'à l'abstinence, il convient désormais que tu le fasses avec modération". Gachassin est renvoyé dans ses 22 avant d'être carrément mis dans les cordes quand ses "frais de bouches", jugés dispendieux, sont mis sous tutelle par la direction générale.

Des déjeunes surprenants pendant l'appel d'offres pour l'extension de Roland-Garros

Pour achever le tableau, Le Canard enchaîné, révèle que Ysern et Giudicelli ont été mis au courant d'agissements déplacés du président Gachassin et de son entourage pendant l'appel d'offres pour l'extension de Roland-Garros. Ainsi, "Le Canard" rapporte qu'un ami de Gachassin a fait le tour des trois entreprises de BTP candidates (Bouygues, Eiffage et Vinci) pour leur proposer son aide et que le Président lui-même aurait déjeuné avec un représentant de chez Vinci, vainqueur final de l'appel d'offres. Une vérité dérangeante une nouvelle fois mise sous le tapis au nom des "intérêts supérieurs de la FFT". Une situation intenable qui a conduit le Ministère des Sports a mettre son nez dans les agissements de la Fédération française de tennis en diligentant une enquête.