Laver Cup : Après la première journée, l'Europe vire en tête face à l'équipe mondiale

Publié le , modifié le

Auteur·e : William Vuillez
Roger Federer et Alexander Zverev lors de la Laver Cup 2019
Roger Federer et Alexander Zverev lors de la Laver Cup 2019 | Fabrice COFFRINI / AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Après cette première journée, c'est bien l'Europe qui est devant dans cette Laver Cup 2019, trois point à un. C'est d'abord Dominic Thiem qui a débloqué le compteur de la Team Europe vendredi, en venant à bout de Denis Shapovalov dans le match d'ouverture. L'Autrichien l'a emporté au bout du suspens face au Canadien, au super tie-break (6-4, 5-7, 13-11). Mais la Team World a toute suite égalisé grâce à Jack Sock qui a dominé Fabio Fognini (6-1, 7-6) avant que Stefanos Tsitsipas ne redonne l'avantage à l'Europe en s'imposant lui aussi dans le super tie-break (6-2, 1-6, 10-7). Le double européen, emmené par Alexander Zverev et Roger Federer, est lui venu à bout du duo Shapovalov-Sock en deux sets (7-5, 6-3) pour permettre au Vieux Continent de faire le break.

Un match d'ouverture fou et l'Europe ouvre le score (1-0)

Le moins qu'on puisse dire, c'est que cette Laver Cup 2019 a commencé sur de sacrées bases ! Dominic Thiem et Denis Shapovalov nous ont offert un match d'ouverture incroyable, qui s'est joué au super tie-break du 3e set. C'est finalement l'Autrichien qui est sorti vainqueur de ce super bras de fer, en sauvant 3 balles de match au passage (6-4, 5-7, 13-11). C'est la deuxième victoire en deux matches de Laver Cup pour Dominic Thiem, qui avait déjà remporté son simple en 2017 face à John Isner. Un match qui s'était déjà joué au super tie-break.

Sock recolle en costaud (1-1)

Contrairement aux deux premières éditions, la Team World n'a cette fois-ci pas laissé l'Europe faire le break d'entrée. En effet, dans le deuxième match c'est justement Jack Sock qui a surclassé Fabio Fognini (6-1, 7-6). L'Américain a totalement étouffé l'Italien dans la première manche avant que ce dernier ne se réveille dans le deuxième set, mais un temps trop tard pour aller chercher le super tie-break. Sock a très vite fait la différence dans le tie-break du 2e set face à un Fognini en manque de concentration ce vendredi. Nadal et Federer ont pourtant tout tenté pour remotiver l'Italien, mais même eux n'y sont pas parvenus...

Des montagnes russes mais l'Europe reprend les rennes (2-1)

Si l'Europe pensait avoir la tâche facile dans cette Laver Cup, les Américains sont en train de leur prouver le contraire. Après le gros numéro de Jack Sock, c'est Taylor Fritz qui a bien failli créer la sensation. Dans un match au scénario assez improbable, l'Américain a finalement craqué au super tie-break face à Stefanos Tsitsipas (6-2, 1-6, 10-7). Un match assez insolite, qui a pris un premier temps des allures de correction après une première manche facilement gagné par le Grec, avant que Fritz ne lui renvoie la pareille dans la deuxième manche. 

Ce deuxième point s'est alors disputé au super tie-break, démarré pied au plancher par Tsitsipas, certainement remotivé après la douche du deuxième set, par la causerie de son duo de coach de légendes, Roger Federer et Rafael Nadal. Mené 5-2, son adversaire n'abdique pas pour autant et repasse devant à 6-5 avant de craquer à 7-7 et de laisser filer le point au Grec et à la Team Europe. 

Federer et Zverev ont fait le boulot (3-1)

Enfin, le Palexpo a enfin pu vibrer en voyant rentrer sa star : Roger Federer. A Genève, le Suisse a démarré sa Laver Cup par une victoire, aligné en double aux côtés d'Alexander Zverev. La paire européenne a pris le meilleur sur le duo du reste du monde formé Denis Shapovalov et Jack Sock. Federer et Zverev n'auront eu besoin que de deux sets pour plier l'affaire (7-5, 6-3) mais le Team World pourra s'en vouloir. Avec un très léger 1/16 sur balle de break, mais surtout six occasions manquées d'égaliser à un set partout.

Malgré cet avantage, rien n'est acquis - loin de là, pour l'équipe du Vieux Continent. Avec des matches qui vaudront deux points samedi puis trois dimanche, le Team World a encore largement de quoi retourner la situation. Mais l'Europe garde quelques atouts dans sa manche. Notamment un certain Rafael Nadal, dans les tribunes pour ce premier jour et qui devrait faire ses premiers pas sur le court ce samedi.