Yannick Noah - portrait
Les propos de Yannick Noah sur le dopage en Espagne font débat | AFP - PIERRE ANDRIEU

"La potion magique" de Noah fait des vagues

Publié le , modifié le

Les propos de Yannick Noah attribuant les succès des sportifs espagnols à "la potion magique" d'Astérix et appelant à autoriser le dopage ont déclenché une vive polémique, notamment dans le monde du sport en Espagne bien sûr, mais aussi en France. Le Ministre David Douillet les qualifiant de "graves et irresponsables".

REVOIR LA PROLONGATION DE STADE 2 SUR CE SUJET 

"Aujourd'hui, le sport, c'est un peu comme Astérix aux jeux Olympiques: si tu n'as pas la potion magique, c'est difficile de gagner", accuse l'ancien joueur de tennis dans une chronique au quotidien Le Monde de samedi, évoquant la domination espagnole "sur les terrains de foot, les parquets de basket ou les routes du Tour de France". "Arrêtons l'hypocrisie. Il faut bien sûr respecter la présomption d'innocence, mais plus personne n'est dupe. La meilleure attitude à adopter est d'accepter le dopage. Et tout le monde aura la potion magique", insiste la personnalité préférée des Français, selon le dernier classement réalisé par l'Ifop pour le Journal du Dimanche. Yannick Noah a répondu à une demande d'intervention dans ses colonnes sur ce sujet du journal Le Monde. "Quand je traînais encore ma raquette sur les courts, on n'était pas ridicules, loin de là, face à nos amis espagnols. Pareil sur les terrains de  foot, les parquets de basket ou les routes du Tour de France. Aujourd'hui, ils courent plus vite que nous, ils sont beaucoup plus costauds et ne nous laissent que des miettes", avait notamment accusé Yannick Noah dans cette chronique.

Nadal: "Des propos stupides et enfantins"

C'est d'abord le président du Comité olympique espagnol, Alejandro Blanco, qui a réagi, sur le site web du quotidien sportif espagnol Marca: "Il est très difficile pour des ignorants de comprendre le boom du sport espagnol. C'est le travail qui a été la clé du succès", affirme-t-il. Pour le président de la Fédération espagnole de basket-ball, José Luis Saez, cité par le quotidien AS, le vainqueur de Roland-Garros 1983 est "irresponsable" et "jaloux". Une allusion à peine voilée au fait que son fils, Joakim Noah, a été finaliste malheureux contre l'Espagne avec l'équipe de France lors de l'Euro de basket-ball en septembre en Lituanie.

Pour sa part, Rafael Nadal a jugé stupides et enfantins  les propos de Yannick Noah, après sa victoire sur l'Américain Mardy Fish au Masters de Londres. "Ce qu'il a dit est complètement stupide. C'est stupide car on sait le  nombre de contrôles antidopage que nous subissons dans le sport aujourd'hui.  Selon moi, ce sont des propos dignes d'un petit enfant. Cela ne me fait donc pas mal", a dit le N.2 mondial. "L'Espagne est au sommet du sport parce qu'elle a une génération  fantastique. Ce qui compte c'est l'effort, le travail et l'envie de progresser.  Nous ne bénificions pas des mêmes installations que la France et pourtant  depuis vingt ans nous sommes meilleurs qu'eux", a-t-il ajouté.

Compatriote de Nadal, David Ferrer, qui participe lui aussi au Masters de tennis, est également monté au créneau. "Quand votre propre fils joue en NBA, où il n'y a pas de système antidopage, vous n'êtes pas la meilleure personne pour parler", a argumenté le n°5 mondial. "Je pense que c'est de l'ignorance totale. Et dire que cet authentique outrage vient d'une personne qui a joué au tennis et qui connaît le sport."

"Il faut amener des preuves" David Douillet

Plus tard dans la journée, sur le plateau du 20h00 de France 2, c'est le ministre des Sports, David Douillet, qui vient s'exprimer sur le sujet: "Il faut amener des preuves quand on affirme quelque chose", insiste le ministre, selon qui "le sport français est consterné par les propos de M. Noah "."Ce sont des propos graves et irresponsables", insiste le double champion olympique et quadruple champion du monde de judo, estimant être "la preuve vivante qu'on peut gagner sans se doper". "C'est pourquoi je veux instituer, et rapidement, un délit pénal pour ceux qui se dopent, à la fois pour protéger les sportifs propres et pour permettre aux enquêteurs d'aller plus loin", a poursuivi le ministre, soulignant suivre ici "la préconisation des athlètes membres du Comité international olympique". Une certitude: les déclarations de Yannick Noah tombaient au plus mal pour le ministre, qui défendait samedi à Paris la candidature de la France pour le Championnat d'Europe de basket 2015. Une réunion lors de laquelle il a croisé M.Saez. Le ministre a tenu à "lui présenter ses excuses au nom de la France et du gouvernement"..

"Scandalisé par ces propos" Pierre Bordry

Et les réactions se poursuivent : "Je suis scandalisé par ces propos", a réagi lundi matin Pierre Bordry, ancien patron de l'Agence française de lutte contre le dopage, auprès de Canal+: "C'est faire courir aux sportifs qui prendraient cette potion magique le risque même d'une mort subite (...) et de maladies très graves". Du côté des sportifs tricolores, beaucoup se sont aussi exprimés dimanche. "On aimerait bien avoir des preuves. Pour l'instant, c'est complètement faux parce qu'on n'a aucune preuve. Il dit ce qu'il pense. Si tout ce qu'il  pensait était la vérité, il dominerait le monde entier", a par exemple déclaré Jo-Wilfried Tsonga estimant que si l'on autorise le dopage, "dans ce cas-là j'arrête et je les  laisse jouer entre eux".       

Enfin, du côté des observateurs, on note que cette tribune a été publiée quatre jours seulement après que Le Monde a été condamné par le Tribunal suprême espagnol à verser 15.000 euros d'amende au FC Barcelone. En 2006, le quotidien français avait fait l'objet d'une attaque en justice pour avoir établi des liens entre le Barça, le Real Madrid et le docteur Eufemiano Fuentes, au coeur de la vaste affaire de dopage sanguin, dite "affaire Puerto"...

Voir la video

AFP