Gilbert Ysern
L'ancien directeur général de la FFT, Gilbert Ysern | AFP - PATRICK KOVARIK

La Fédération française licencie Gilbert Ysern, son directeur général

Publié le , modifié le

Il avait été démis de ses fonctions le 4 février. Gilbert Ysern, ex-directeur général de la Fédération française de tennis et du tournoi de Roland-Garros, a été officiellement licencié, a-t-on appris samedi auprès de la FFT. "Le président Jean Gachassin a annoncé aux membres du bureau fédéral avoir adressé une lettre de licenciement à Gilbert Ysern", a affirmé à l'AFP Jean-Pierre Dartevelle, vice-président de la Fédération, sans en dire plus sur le motif réel et sérieux de ce licenciement.

Directeur général depuis 2008, Ysern, 59 ans, avait dû quitter brutalement les locaux de la Fédération le 4 février, après des semaines de tension avec son président Jean Gachassin. "Une procédure pouvant aller jusqu'au licenciement a été initiée à l'égard de Gilbert Ysern", avait indiqué l'instance dirigeante du tennis français, confiant l'intérim à Jérémy Botton, directeur général délégué.

L'éviction de M. Ysern a créé des remous dans le microcosme du tennis français. Jeudi, dans les colonnes de L'Equipe, Gilles Simon avait notamment dit "être mal à l'aise" par rapport à cette décision "au minimum brutale". Julien  Benneteau s'était rangé du côté de son partenaire de Coupe Davis via un tweet.

"Plusieurs éléments nous permettent de penser que c'était la seule et la bonne décision. Gilbert Ysern a outrepassé son rôle et est allé au-delà des missions qui lui étaient confiées", avait expliqué vendredi à l'AFP Stephan Post, membre du comité directeur de la FFT et président de la Ligue Dauphiné-Savoie.

Le renvoi de Gilbert Ysern est un énième épisode dans le feuilleton qui secoue la FFT depuis l'été dernier, après l'éviction brutale d'Arnaud Clément de son poste de capitaine de l'équipe de France de Coupe Davis, remplacé par  Yannick Noah, l'enquête du ministère des Sports sur la gestion de la Fédération ou encore le choix controversé de la Guadeloupe comme hôte du match  France-Canada début mars.

AFP