La contre-attaque de Gilbert Ysern

La contre-attaque de Gilbert Ysern

Publié le , modifié le

Gilbert Ysern, licencié de son poste de directeur général de la Fédération française de tennis (FFT), s'est dit lundi victime d'une "campagne de calomnie et de diabolisation".

"Je sors d'une campagne de calomnie qui a duré six mois. Et c'est bien de  la calomnie. Il y a eu une diabolisation qui fait croire que j'ai fait des  choses pas bien et ça, c'est moche", a indiqué Gilbert Ysern à quelques  journalistes, lors de sa première prise de parole depuis sa mise à l'écart. Directeur général de la FFT depuis 2008, parallèlement directeur du tournoi  de Roland-Garros, Ysern, 59 ans, a dû quitter les locaux de la Fédération le 4  février, après des semaines de tension avec le président Jean Gachassin.

Son licenciement a été officialisé samedi par la fédération, qui n'a pas  avancé de motif. "Cela a été une éviction violente et brutale. Des scellés ont été posés sur  la porte de mon bureau, c'est extrêmement désobligeant", a réagi M. Ysern."C'est important pour moi de dire aujourd'hui qu'il n'y a rien dans mon  dossier. Il n'y a pas de motif de faute lourde ou même de faute grave. Mon  dossier est vide", a-t-il affirmé. Le renvoi de Gilbert Ysern est un énième épisode dans le feuilleton qui  secoue la FFT depuis l'été dernier, après l'éviction brutale d'Arnaud Clément  de son poste de capitaine de l'équipe de France de Coupe Davis, remplacé par  Yannick Noah; l'enquête du ministère des Sports sur la gestion de la Fédération  ou encore le choix controversé de la Guadeloupe comme hôte du match de Coupe  Davis France-Canada début mars.

AFP