Bernard Giudicelli portrait FFT
Le nouveau président de la FFT Bernard Giudicelli | FRANCOIS GUILLOT / AFP

Jean-Luc Cotard nouveau Directeur technique national du tennis

Publié le , modifié le

A la suite de la démission d'Arnaud Di Pasquale, la Fédération française de tennis, après avoir consulté Noah, Mauresmo, Forget et Pioline, a nommé Jean-Luc Cotard pour prendre les rênes de la Direction technique nationale. Cet ancien joueur, devenu entraîneur national, a été préféré à Thierry Tulasne, Pierre Cherret et Corinne Vanier. Le ministère des Sports a validé ce choix, celui d'un homme qui veut bouleverser la politique fédérale en matière de formation.

"Après avoir consulté le Podium (Amélie Mauresmo, Yannick Noah, Guy Forget et Cédric Pioline), le Comité exécutif a décidé de proposer la candidature de Jean-Luc Cotard au Ministère. Cette proposition a été acceptée par Monsieur Thierry Braillard, Secrétaire d’Etat chargé des sports qui a nommé Jean-Luc Cotard au poste de DTN avec prise de fonction immédiate." C'est par ce communiqué que la FFT a annoncé son nouveau DTN. Après les très connus Dominguez, Hagelauer et Di Pasquale ces dernières années, la Fédération a décidé de nommer un homme de terrain, méconnu du grand public, mais à l'expérience de formateur très importante.

A 54 ans, il a évolué depuis le bas niveau (Chatou, Conflans) jusqu'au plus haut (il a entraîné Maleeva alors 4e mondiale, mais aussi les jeunes Llodra, Escudé ou Sidot lorsqu'il était en pôle France), et a occupé à peu près tous les postes d'entraîneur dans le tennis français. Il avait fait partie des équipes de France jeunes avanbt de mettre un terme à sa carrière dès 19 ans, pour une fracture d'une rotule, après avoir atteint le 482e rang mondial.

Une révolution à venir ?

Et la FFT assume un choix tranché et tranchant dans son communiqué: "Jean-Luc Cotard a marqué sa volonté de rompre avec les habitudes du passé et de créer les conditions pour faire émerger une génération de championnes et de champions capables de gagner des titres majeurs et de donner envie à un maximum de jeunes de pousser la porte des clubs." En proie à une baisse de ses licenciés, et après les épisodes désastreux en terme d'image des conflits internes (les limogeages d'Arnaud Clément ou de Gilbert Ysern), sans oublier le changement de président, la FFT doit se relancer. Jean-Luc Cotard ne fait pas mystère de ses ambitions: "Il y a des chemins que la DTN n'a pas encore osé emprunter par tradition, par conservatisme probablement ou peut-être parfois par manque d'ouverture", dit-il dans le communiqué. "Nous devons progresser par la remise en question performante, la gestion des parcours d'exception et la culture de la gagne dès le plus jeune âge, seules voies possibles vers de très grandes performances."

Les mots sont forts. Il faudra attendre les actes. 

Thierry Tazé-Bernard @thierrytaze