ATP Madrid Djokovic Novak 052011
Novak Djokovic | AFP - Pierre Philippe Marcou

Ils veulent faire redescendre le Serbe volant !

Publié le , modifié le

Nadal, Federer, Murray, les Français... tous espèrent faire chuter le roi Novak Djokovic, grand favori de l'US Open qui débute ce lundi. Le Serbe, qui arrive à New York sur une série de 57 victoires pour 2 défaites, visera à Flushing Meadows son troisième titre du Grand Chelem de la saison, un exploit réussi par seulement cinq joueurs dans l'ère open. Chez les dames, Serena Williams, qui se remet d'une blessure, tout comme Djokovic, partira tout de même favorite.

 D'un côté il y a les chiffres, impressionnants : 57  victoires (dont 41 consécutives pour entamer l'année), 2 défaites (dont 1 sur  abandon), 9 titres (dont 2 Grand Chelem), 5 Masters 1000 (un record). De l'autre, une épaule droite douloureuse qui l'a contraint à l'abandon lors de la finale de son dernier tournoi, à Cincinnati. Novak Djokovic navigue entre ces deux rivages, celui de la confiance et celui du doute, au moment d'aborder la côte new-yorkaise. Sur ce qu'il a montré depuis le début de la saison, et au vu de sa régularité dans l'excellence, le Serbe est bien sûr le grandissime favori à Big Apple. Le numéro un mondial y visera son 3e titre du Grand Chelem de l'année,  performance réussie par Nadal  (2010), Federer (2007, 2006, 2004) et seulement  trois autres joueurs dans l'ère Open (Rod Laver, Jimmy Connors, Mats Wilander). Si son épaule le laisse tranquille, il ne sera sans doute pas loin d'y parvenir. L'ouragan Irene qui s'est abattu sur New York durant le week-end n'a pas permis au Belgradois de venir lever le doute sur son état de santé lors de la traditionnelle conférence de presse mais si la santé de Djokovic laisse planer quelques interrogations, il est quand même difficile de ne pas en faire le principal prétendant à la victoire finale.

D'autant que ses principaux rivaux ne semblent pas dans leur pic de forme. Rafael Nadal a raté sa tournée américaine, entre brûlures au doigts et contre-performances, Roger Federer est toujours aussi beau à voir jouer mais il ne gagne plus (un seul tournoi au palmarès du Suisse cette saison) et Andy Murray a traversé le désert avant de trouver un oasis à Cincinnati. "Le bilan de Novak parle de lui-même, c'est stupéfiant. Il est clairement l'un des favoris, si ce n'est le favori", assure Roger Federer, le premier tombeur de "Djoko" cette année (en demi-finale de Roland Garros). Quintuple vainqueur à Flushing Meadows, le Suisse s'était incliné en demi-finale l'an dernier contre le Serbe, qui l'avait empêché d'y jouer une 7e finale consécutive. En 2005, Federer était aussi arrivé à l'US Open avec neuf titres en poche (comme Rafael Nadal ), affichant un bilan tout aussi faramineux: 64 victoires, 3 défaites. "Djokovic est le N.1 mondial, c'est dur de ne pas en faire le favori. Ce qu'il réalise est historique", renchérit Mardy Fish, un sérieux outsideur avec son bilan estival sur dur de 14 victoires et 3 défaites (2 titres). "Le fait que la surface soit plus lente cette année va le favoriser, ajoute l'Américain. Cela va ressembler à l'Open d'Australie (que Djokovic a gagné)."

Et les Français dans tout ça ?Avec quatre joueurs classés parmi les treize premiers mondiaux, la délégation tricolore n'a jamais semblé aussi bien armée au moment d'aborder la quatrième levée du Grand Chelem. Parmi eux, Richard Gasquet, supposé croiser la route de l'ogre Djokovic dès les huitièmes de finale, semble le plus mal loti. Dans la même partie de tableau, Gaël Monfils peut espérer affronter le Serbe, qu'il a sérieusement malmené à Cincinnati, en quart de finale (où il s'était déjà hissé l'an passé). Jo-Wilfried Tsonga, qui n'a pas de points à défendre à New York (il était forfait l'an passé), a certainement la plus belle carte à jouer. Enfin, quatrième mousquetaire, Gilles Simon devra sans doute passer l'obstacle Del Potro au 3e tour avant d'espérer aller plus loin.

Serena face à l'empire de l'Est

Chez les dames, Serena Williams fait figure d'épouvantail avec sa tête de série N.28, sur laquelle la Bélarusse Victoria Azarenka (N.4) devrait tomber dès le 3e tour. Après près d'un an d'absence sur blessure et maladie, la Californienne a fait un retour plus que probant cet été avec des titres à Stanford et Toronto en août. Reste à savoir où elle en est après son forfait au 2e tour à Cincinnati en raison d'une alerte au pied droit, celui qui avait été opéré deux fois après sa victoire à Wimbledon en 2010. L'ouragan Irene l'ayant apparemment convaincue de rester calfeutrée samedi, elle ne s'est pas présentée devant les journalistes pour donner des nouvelles de son état de santé. Outre Williams, les Russes Maria Sharapova (N.3), adorée à New York et tout juste titrée à Cincinnati, et Vera Zvonareva (N.2), finaliste l'an dernier, ainsi que la N.1 mondiale Caroline Wozniacki, finaliste 2009 et récente gagnante du tournoi de New Haven, font partie du lot des favorites.

Julien Lamotte