Julien Bennetau - US Open 2012
Julien Bennetau a été balayé par Novak Djokovic au 3e tour de l'US Open | AFP - TIMOTHY A. CLARY

Gasquet s'en sort, Benneteau rend les armes

Publié le , modifié le

Richard Gasquet est le dernier représentant français à l'US Open après son succès face à Steve Johnson alors que Julien Benneteau (N.31), sèchement battu par Novak Djokovic 6-3, 6-2, 6-2 et 1h37 de jeu, quitte le tournoi. Djokovic atteint les 8e de finale sans avoir perdu un set. Il y retrouvera le Suisse Stanislas Wawrinka.

Richard Gasquet s'est montré suffisamment sérieux pour renvoyer à ses études l'Américain, 245e mondial et invité par les organisateurs pour récompenser son titre universitaire. Le Français a tangué dans la première manche mais il a signé un succès incontestable, 7-6 6-2 6-3, en 1h58. L'Héraultais accomplit un 'Grand Chelem' cette année puisqu'il avait déjà atteint les huitièmes de finale dans les trois premières levées. 

"Le premier set, je dois le perdre, je me retrouve mené 4-0 dans le tie-break", a raconté Richard Gasquet. "A ce moment-là, je ne suis pas serein, il joue bien et le public le soutient bruyamment. Il y avait un peu de tension."  "C'était capital pour la confiance de remporter cette manche", a-t-il continué. "Se retrouver dans les seize derniers des quatre Chelems, c'est beau quelque part ; c'est quand même difficile. Maintenant, j'ai à cœur d'aller plus haut."

Richard Gasquet a conscience que sa tâche sera compliquée mardi puisqu'il se heurtera à sa bête noire, David Ferrer (n°4). Ce sera leur neuvième confrontation alors que l'Espagnol mène la série 7-1, la seule fois où Gasquet a eu le dessus datant de Toronto en 2008.

"Ce n'est pas agréable d'être en face comme ça", a confié Benneteau suite à sa défaite face à Novak Djokovic. "Dans  le tennis, il y a des différences de classement et parfois c'est criant." Opposé dès le 3e tour à la terreur serbe, référence actuelle du jeu sur dur, Julien Benneteau s’est retrouvé complètement impuissant face au jeu en cadence de son adversaire. Le Bressan, qui compte désormais une victoire pour cinq défaites face à « Nole » s’est incliné en trois petits sets 6-3, 6-2, 6-2. Pris dans tous les compartiments du jeu, le médaillé de bronze des Jeux Olympiques avec Richard Gasquet s’est incliné après 1h35 de jeu. Presque une formalité pour Djokovic tant son rayonnement est impressionnant sur surface rapide. Il a rendu une copie quasi-parfaite avec 41 coups gagnants pour 12 fautes directes. "Il fait tout mieux", a jugé le Français. "Au fond du court, c'est  exceptionnel ce qu'il fait, il joue long, court, long de ligne quand il veut.  On a l'impression que quand il est dans une bonne position, il ne peut pas  louper."

Depuis le début de la quinzaine, il n’a toujours pas perdu un set. Un vrai parcours de tenant du titre et de quoi être satisfait. "J’ai très bien joué, commentait-il au micro du stade. Mon service a progressé ces derniers mois. Tout a bien fonctionné." Son service, en effet, a été particulièrement performant ce dimanche, puisqu’il n’a concédé aucune balle de break. "J'ai notamment été très gêné par sa deuxième balle de service" a reconnu Bennet', un peu déboussolé. "Il fait tout mieux, a jugé le Français. Au fond du court, c'est  exceptionnel ce qu'il fait, il joue long, court, long de ligne quand il veut. On a l'impression que quand il est dans une bonne position, il ne peut pas  louper."

Voilà donc Djokovic propulsé en huitième de finale, pour la sixième année consécutive à Flushing Meadows. Il sera encore une fois grandement favori de son match, soit face au Suisse Stanislas Wawrinka (N.18) ou à l’Ukrainien Alexandr Dolgopolov junior (N.14).

Hewitt s'en va la tête haute

Invité par les organisateurs, Lleyton Hewitt a fait plus que de la figuration contre David Ferrer. Du haut de son 125e rang mondial, l'Australien a tenu la dragée haute au Sévillan durant les deux premières manches avant de rendre les armes : 7-6 (11/9), 4-6, 6-3, 6-0. Au niveau du cinquième joueur mondial sur quelques séquences, le vainqueur 2001 de l'US Open a complètement craqué physiquement en fin de rencontre pour encaisser une sévère "roue de bicyclette". Ferrer, pour sa part, file en 8e de finale. La confirmation de sa nouvelle régularité en grand chelem, lui qui a au minimum atteint les quarts de finale dans les trois premières levées de la saison. Au prochain tour, il retrouvera le vainqueur du match entre l'Américain Steve Johnson (245e mondial) et Richard Gasquet (N.13), dernier Français en lice dans le tableau masculin.

Après avoir bataillé contre Florent Serra au 1er tour, concédé un set à Ryan Harrisson au 2e, Juan Martin Del Potro a encore dû s'employer pour franchir le 3e tour à New York. En face, il y avait son compatriote et ami Leonardo Mayer, 63e mondial. La tête de série N.7 du tournoi a dû patienter 3h20 pour valider son ticket pour les 8e de finale, attendant même sa 6e balle de match pour finir le travail. Son adversaire a en effet chèrement vendu sa peau, notamment en fin de match au cours d'un troisième set qui aura duré 1h26. Le vainqueur de l'US Open 2009 s'impose 6-3, 7-5, 7-6 (11/9).

Roddick toujours là

Andy Roddick (N.20) a encore repoussé la  date de sa retraite en se qualifiant dimanche pour les 8e qu'il jouera mardi contre l'Argentin Juan Martin Del Potro (N.7). L'Américain, ex N.1 mondial désormais classé 22e, s'est imposé au 3e tour  7-5, 7-6 (7/1), 4-6, 6-3 face à l'Italien Fabio Fognini, 59e mondial. Roddick avait surpris en annonçant jeudi, jour de ses 30 ans, que le  dernier tournoi du Grand Chelem de la saison, là où il a gagné en 2003 son seul  titre majeur, serait aussi le dernier de sa carrière.  "Le soutien du public est incroyable depuis que j'ai annoncé ma retraite",  a déclaré Roddick sur le court, sous les yeux notamment de son épouse, le  mannequin américain Brooklyn Decker. "J'essaie juste de contrôler mes émotions  et de profiter de ce dernier tournoi. J'adore cet endroit, je m'éclate." 

Le natif du Nebraska n'a jamais perdu en 8e de finale de l'US Open: en 12  précédentes participations, il s'est soit arrêté avant ce stade (1er tour en  2000 et 2005, 3e tour en 2009, 2e tour en 2010) soit l'a dépassé (quart de  finale en 2001, 2002, 2004, 2007, 2008, 2011, titre en 2003, finale en 2006). "Peu importe combien d'énergie il me reste avant de jouer Del Potro, je  vais tout donner", a-t-il ajouté, acclamé par 24.000 spectateurs. Comme on dit, Del Potro est averti.

Résultats du 3e tour :

. Simple messieurs (3e tour):
David Ferrer (ESP/N.4) bat Lleyton Hewitt (AUS) 7-6 (11/9), 4-6, 6-3, 6-0
Juan Martin Del Potro (ARG/N.7) bat Leonardo Mayer (ARG) 6-3, 7-5, 7-6 (11/9)
Andy Roddick (USA/N.20) bat Fabio Fognini (ITA) 7-5, 7-6 (7/1), 4-6, 6-4
Stanislas Wawrinka (SUI/N.18) bat Alexandr Dolgopolov (UKR/N.14) 6-4, 6-4, 6-2
Novak Djokovic (SRB/N.2) bat Julien Benneteau (FRA/N.31) 6-3, 6-2, 6-2
Richard Gasquet (FRA/N.13) bat Steve Johnson (USA) 7-6 (7/4), 6-2, 6-3
Janko Tipsarevic (SRB/N.8) bat Grega Zemlja (SLO) 6-4, 6-3, 7-5
Philip Kohlschreiber (GER/N.19) bat John Isner (USA/N.9) 6-4, 3-6, 4-6, 6-3, 6-4