Richard Gasquet volée de revers US Open 2010
Richard Gasquet | Getty Image

Gasquet sans souci, Monfils au forceps

Publié le , modifié le

Richard Gasquet s'est qualifié pour le 2e tour de l'US Open en battant Simon Greul, 6-3, 6-4, 6-2. Au prochain tour, il rencontrera le Russe Nikolay Davydenko (N.6) qui a disposé de Michael Russell (6-4, 6-1, 6-3). Autres qualifiés: Soderling (N.5), Roddick (N.9), Ferrero (N.22), Cilic (N.11) et Gaël Monfils (N.17) qui a peiné contre Robert Kendrick (3-6, 6-3, 6-4, 6-7(5), 6-4). Invité, Ruffin a connu son premier exploit en battant Mayer 2-6, 7-6 (4), 7-6 (2), 6-1.

VOIR LE TABLEAU MASCULIN DE L'US OPEN

Richard Gasquet a bien débuté cette édition de Flushing Meadows. Le Biterrois n'a pas traîné pour éliminer en trois petits sets Simon Greul, Allemand solide mais possédant beaucoup moins de talent que l'ancien demi-finaliste de Wimbledon. Il y a deux ans, il s'était incliné d'entrée face à l'Allemand Tommy Haas. L'an dernier, il reprenait la compétition après son contrôle anti-dopage positif et avait eu la malchance de tomber sur Rafael Nadal dès le premier tour. Gasquet a été très sérieux au service, signant 10 aces et affichant 67% de premiers services réussis et 78% de points gagnés sur son premier service.

L'Allemand a été soigné au dos à 3-3 dans la deuxième manche après avoir fait le break (la seule mise en jeu perdue par Gasquet). Se plaignant des vertèbres, le reste de la rencontre a été délicate pour lui: Gasquet a fait le break dans la foulée de l'interruption pour gagner le deuxième set et le dernier n'a été qu'une formalité, expédié en 27 minutes. Le Biterrois prend ainsi sa revanche d'Indian Wells, en mars, où l'Allemand Greul l'avait battu en deux sets au premier tour. Au tour suivant, l'ancien numéro 7 mondial affrontera le Russe Nikolay Davydenko (N.6) qui tente de retrouver son meilleurs niveau après plusieurs mois difficiles à cause de blessures. Les deux hommes se sont affrontés deux fois, il y a cinq ans sur terre battue, et comptent une victoire chacun. Gasquet devra éviter de s'engager dans des longs rallyes et privilégier la filière courte en deux ou trois coups de raquette.

"C'est toujours bon de gagner en Grand Chelem, cela ne m'était plus arrivé depuis l'Open d'Australie", a dit Richard Gasquet après le match. "L'été a été compliqué. Je jouais très bien au Queen's quand, d'un coup, je n'ai plus pu me lever de mon lit. La cicatrice de ma déchirure au dos s'était réveillée. A Gstaad, j'ai atteint la finale sous anti-inflammatoires. Aujourd'hui, j'ai joué sans douleur, ça fait du bien mais le plus dur c'est d'enchaîner". Et Davydenko ? "On ne s'est pas joué depuis 2005", a noté Richard Gasquet. "En cinq ans, il s'est passé des choses. J'ai atteint la septième place mondiale en 2007. Aujourd'hui, il faut que je me mette dans la tête de remonter en haut. Mais cela a déjà été compliqué de revenir à la 35e place.... J'ai vu Nikolay à Cincinnatti et je trouve qu'il rejoue bien après avoir été éloigné des courts".

Roddick facile, Soderling laborieux

Gaël Monfils, tête de série N.17, s'est qualifié en venant difficilement à bout de l'Américain  Robert Kendrick, issue des qualifications, 3-6, 6-3, 6-4, 6-7 (5/7), 6-4 dans un  match de trois heures et 19 minutes. Au prochain tour, le Français rencontrera le Russe Igor Andreev, tombé à la 121e place mondiale. "Je suis content de m'en être sorti", a confié le demi-finaliste de Roland-Garros 2008. "Aujourd'hui, je me suis surtout  battu contre moi-même. Physiquement je suis bien, mais c'est dans la tête que je  n'étais pas là. Mais je me suis battu. Si je n'avais pas réagi au début du  deuxième set, j'aurais pu perdre 6-3, 6-3 et 6-3. Mais on est en Grand Chelem,  il faut y arriver, même si en ce moment ce n'est pas la joie. Quand on commence  à cogiter, c'est dur. Je n'ai pas l'impression d'avoir mérité le match tant que  ça. J'ai eu beaucoup de réussite. D'ici mercredi (et son match de 2e tour) les  choses peuvent changer. Si j'arrive à mettre des avions (frappes puissantes, ndlr) tant mieux."

Même sans Tsonga, les Français ont répondu présent. Invité des organisateurs, Guillaume Rufin s'est offert le luxe de se qualifier pour le 2e tour en battant lundi  l'Argentin Leonardo Mayer, 79e mondial, 2-6, 7-6 (7/4), 7-6 (7/2), 6-1. Une belle récompense pour le 206e mondial qui rencontrera son compatriote Paul-Henri Mathieu ou l'Australien Lleyton Hewitt (N.32). C'est la 2e victoire de Rufin, 20 ans, dans le grand tableau d'un tournoi du Grand Chelem, après un succès au premier tour en 2009 à Roland-Garros.

Un Français est tout de même tombé d'entrée. Stéphane Robert, 78e mondial, a  été logiquement éliminé par l'Américain Andy  Roddick, tête de série N.9, 6-3, 6-2, 6-2. Au 2e tour, le lauréat de l'édition 2003 rencontrera le Serbe Janko Tipsarevic ou le Belge  Olivier Rochus. Le Suédois Robin Soderling, tête de série  N.5, s'est qualifié à l'arraché en battant en cinq  sets et près de 4 heures le modeste Autrichien Andreas Haider-Maurer, 214e  mondial issu des qualifications, 7-5, 6-3, 6-7 (2/7), 5-7, 6-4. Au 2e tour, le double finaliste de Roland-Garros (2009, 2010) rencontrera  l'Américain Taylor Dent ou le Colombien Alejandro Falla.