Open Australie Gasquet Richard service 012011
Richard Gasquet au service | AFP - Nicolas Asfouri

Gasquet et Monfils qualifiés, Simon si près

Publié le , modifié le

En dépit d'une belle résistance, Gilles Simon a dû s'incliner face à Roger Federer au 2e tour de l'Open d'Australie (6-2, 6-3, 4-6, 4-6, 6-3). Richard Gasquet s'est qualifié face à son compatriote Adrian Mannarino 6-3, 7-6 (7/4), 6-4, tout comme Gaël Monfils, tombeur du Portugais Frederico Gil ( 6-4, 6-3, 1-6, 6-2). Moins de réussite en revanche pour Paire et Mahut tous les deux éliminés. Du côté des têtes de série, Djokovic et Roddick sont passés sans trembler.

TABLEAU MASCULIN DE L'OPEN D'AUSTRALIE

Le coup n'est pas passé loin. Gilles Simon a entrevu l'exploit face à Roger Federer mais les portes se sont refermées juste devant le nez du Français. Rempli de confiance par son succès à Sydney avant le coup d'envoi de cet Open d'Australie, et par ses deux succès en autant de matchs face au maître suisse, Simona pourtant subi la loi du numéro 2 mondial pendant les deux premières manches (6-2, 6-3). Pratiquant un tennis irréel Roger Federer est à ce moment tout simplement injouable. Une légère baisse de régime de la mécanique helvète permet au Tricolore de refaire surface dès l'entame du troisième set. Dès lors, la partie s'équilibre et Simon fait plus que jeu égal. Ses passings transpercent Federer au filet et lui permettent de recoller au score. C'est pourtant bien cette volonté nouvelle du Suisse de ne pas cesser de porter son jeu vers l'avant qui va le sauver dans le set décisif. Malgré quatre balles de matchs sauvées de façon héroïque, Simon doit s'incliner sur un dernier ace de Federer. "Je ne pense pas pouvoir mieux jouer que cela", estimait le vaincu. "Encore une fois, il a été meilleur. On a fait un super match. J’ai réussi à tenir un grand match. En champion, il a su aller chercher les points dont il avait besoin à la fin". Visiblement soulagé de se tirer de ce guêpier, l'ex-numéro 1 mondial peut maintenant se concentrer sur le 3e tour où l'attend désormais le Belge Xavier Malisse.

Richard Gasquet a donc passé sans encombre ce deuxième tout en venant à bout de son jeune compatriote Adrian Mannarino. "Je pense qu'il a bien démarré le match, il m'a laissé un peu revenir dans le premier set. Il est pénible à jouer  car il a un jeu atypique, il a beaucoup de talent. Il a eu quelques sautes de  concentration qui m'ont fait du bien. C'est un bon joueur. J'avais un peu de  tension car je ne le connaissais pas. C'est toujours difficile d'affronter un  Français qui n'a rien à perdre", a précisé Gasquet à la fin du match. "Contre Berdych ce sera un match important pour prendre confiance. Il fait  partie des tous meilleurs joueurs du monde, donc je vais essayer de lâcher mes  coups et de faire un beau match. Là il n'y a rien à perdre, que du plaisir à  prendre. Il a un jeu difficile, il tape fort des deux côtés, mais bon, il peut se dérégler", a ajouté le Biterrois.

Monfils sur courant alternatif

Accroché lors de son premier tour, Gaël Monfils a mis un point d'honneur à ne pas lambiner sur le court face à Frederico Gil. Si un break d'entrée de jeu faisait craindre un scénario identique, le Tricolore se ressaisissait vite pour refaire son retard et empocher les deux premières manches grâce à une puissance largement supérieure à celle du Portugais. Après un terrible trou d'air dans le 3e set, Monfils recentrait ses énergies pour boucler l'affaire avec la bagatelle de 57 coups gagnants au compteur. "Je ne sais pas trop ce qu'il s'est passé au 3e set, a expliqué Monfils. Ca m'énervait de voir que je commençais à m'énerver, à perdre un peu les pédales. Je ne suis pas rentré du bon pied dans le match non plus. Après je me suis bien rattrapé." Et d'ajouter : "J'essaye parfois de trop briller alors que je devrais faire plus simple. C'était un peu un dernier match de réglages parce qu'au prochain tour, on va rentrer dans le vif du sujet." Son prochain adversaire ? Le Suisse Stanislas Wawrinka, vainqueur de l'espoir bulgare Dimitrov.

Benoît Paire, 21 ans et 145e mondial, n'a pas fait de miracles mais s'est incliné avec les honneurs contre le Croate Ivan Ljubicic, 16e mondial, 6-3, 6-7 (2/7), 6-4, 7-6 (7/5). Bénéficiaire d'une wild card, le Français a longtemps fait douter son aîné de 10 ans, mais, un peu à court physiquement, il a craqué dans le tie-break du 4e set. "C'était un match bizarre. Je ne me  sentais pas très bien au niveau de mes coups. Le vent était tourbillonnant,  c'était difficile, même pour lui, je voyais qu'il n'osait pas attaquer. Lui  avait comme tactique de me chercher sur mon coup droit. Il est difficile à  prendre: il joue doucement, assez court pour m'obliger à attaquer en coup droit  et je n'aime pas ça. Je pense qu'il m'a eu à l'expérience", a expliqué le jeune tricolore. Déception aussi pour Nicolas Mahut. Très convaincant pour son entrée dans le tournoi, le géant français a subi la loi du serbe Viktor Troïcki, terreur des Tricolores en Coupe Davis vainqueur en quatre manches (6-4, 6-2, 1-6, 6-3). "Au début du match, je l'ai un peu trop craint, j'étais resté sur les images de Coupe Davis", regrettait Mahut. Mais ce dernier gardait aussi des enseignements positifs : "Je n'étais pas loin de l'emmener au 5e set. Je suis content car je n'ai jamais très bien joué à l'Open d'Australie dans ma carrière et cette année, je me suis bien préparé et j'ai passé trois matches de qualification et le 1er tour. Je me rapproche des 100 premiers."

Djokovic, Roddick : pas de hic

Novak Djokovic a passé sans encombre ce deuxième tour, ou presque. Opposé au Croate Ivan Dodig, le Serbe a concédé la deuxième manche au tie-break (10 à 8) avant de retrouver son tennis lors des deux derniers sets, bouclés à vitesse grand V (7-5, 6-7 (8/10), 6-0, 6-2). Andy Roddick a dû batailler au premier set avant de l'emporter face au Russe Igor Kunitsyn, 99e mondial, 7-6 (9-7), 6-2, 6-3. L'Américain, N.8 mondial, attend au prochain tour l'Argentin Juan Monaco ou le Néerlandais Robin Haase. En revanche, son compatriote Mardy Fish, 17e mondial a pris la porte, poussé par l'Espagnol Tommy Robredo 1-6, 6-3, 6-3, 6-3.

De son côté, l'Espagnol Fernando Verdasco n'est pas passé loin du K.0. contre le Serbe Janko Tipsarevic, finalement battu 2-6, 4-6, 6-4, 7-6 (7/0), 6-0. Eliminé à quatre  reprises au deuxième tour à Melbourne, en huit participations, l'Espagnol avait  déjà un pied dans les vestiaires après que son adversaire a remporté les deux  premières manches. Verdasco réagissait en gagnant le 3e set puis écartait une balle de match  au 4e où il décrochait le jeu décisif, enlevé 7-0. Il mettait ensuite la main  sur le match face à un Tipsarevic visiblement affecté. "Je n'ai pas arrêté de me battre, car j'étais vraiment près de perdre  aujourd'hui, a souligné l'Espagnol. Mon mental a été la clé de mon retour."

Gilles Gaillard