Roger Federer volée de revers Bercy 2010
Roger Federer | AFP - Jacques Demarthon

Federer fait durer le plaisir

Publié le , modifié le

Après un départ supersonique, Roger Federer, en roue libre, s'est attardé sur le central de Bercy, pour parvenir à se qualifier pour les demi-finales du Masters 1000 de Paris, en éliminant Jurgen Melzer 6-1, 7-6. L'Autrichien a bien fait de la résistance dans le 2e set, il n'a pas pu empêcher Federer d'atteindre pour la première fois les demi-finales d'un tournoi qui manque à son palmarès.

LE TABLEAU DU BNP PARIBAS MASTERS DE BERCY

Tout avait commencé comme dans le meilleur des mondes pour Roger Federer. Il breakait d'entrée, et déroulait presque trop tranquillement sur des services volées, ou des retours percutants, laissant à peine le temps à Melzer de changer de côté et de finir sur le rotules, bousculé par le rythme du Suisse qui ne lui laissa qu'un jeu dans cette première manche disputée à toute allure 6-1.

Mais visiblement, Jurgen Melzer avait bien l'intention de montrer qu'il ne voulait pas n'être qu'un sparring-partner dans cette rencontre et que, quitte à sombrer, il devait le faire avec les honneurs. Bien lui prit d'ailleurs de ne pas se résigner. Car après l'entrée en fanfare du premier set, le deuxième fut un peu plus lancinant, et il y eu beaucoup plus de fausses notes. De la part de Federer surtout, qui semblait évidemment au-dessus, mais qui, comme surpris d'avoir survolé ainsi les débats, perdait un peu le fil de sa concentration. Alors évidemment, sur ses services, surtout sur première balle (67% de premières et 92% de premières gagnantes), il maintenait largement la pression, mais n'affichait plus la même sérénité. De son côté Melzer tentait crânement sa chance, s'appuyant lui aussi sur un service solide. Federer n'était pas vraiment menacé, puisque quand il s'égarait sur un revers dévissé, il se reprenait aussitôt par un coup magique presque improbable. Mais cette inquiétante baisse de régime donnait un peu plus d'énergie à Melzer et surtout faisait durer les débats alors qu'ils eurent sans pu être clos plus rapidement  Mais Federer se sentait peut-être bien à Bercy et n'avait pas envie de quitter la piste.
Melzer très vaillant,s'accrochait, lui, à ce ring et  parvenait à se relever même saoulé de coup pour rester debout, et surtout rester devant. 4-3, 5-4, 6-5. Certes il lâchait aussi parfois des points à Federer qui n'en demandait pas tant, mais il réussissait quelques enchaînements intéressants. A croire que,l'Autrichien,dans son for intérieur, espérait pousser jusqu'au troisième set. C'était mal connaître Federer qui certes, ne paraissait concerné que par intermittence et n'était pas avare en largesses de points cédés, mais qui n'était pas prêt pour autant à prolonger la séance. Le Federer en roue libre décidait de changer de braquet. Il se remit donc la tête à l'endroit d'abord pour égaliser à 6-6, en usant d'un de ces aces dévastateurs qu'il a servis a bonne température à Bercy (18 sur cette rencontre) puis pour aborder dans les meilleures conditions le jeu décisif. Melzer lutta encore mais une volée facile échouait dans le filet à 4-4  et le match basculait. Federer à l'aise dans l'exercice rendait sa copie sans rature, prenant les points qui lui manquaient pour plier la partie. Le Suisse a gagné aisément ses deux matchs en deux sets sans se faire breaker une seule fois. Il ne sera pas toujours forcément aussi déconcentré et il lui reste donc encore du jus pour aller plus loin. En tout cas, il avoue en avoir envie.

Federer: "J'espère encore"

"J'ai bien servi pendant tout le match, mais au deuxième set, il a réussi à jouer de manière plus solide. J'ai eu plus de difficultés. C'est rare que ces joueurs fassent tout un match sans réussir quelque chose. J'ai eu un magnifique premier set en servant bien, en retournant bien. C'était un set parfait. Après je savais bien que le score serait plus serré. Le premier set ne reflétait pas vraiment la réalité. Quand un joueur comme ça ce met à mieux jouer, il faut l'accepter. Je me sentais à l'aise, il n'y avait pas véritablement de craintes chez moi" a déclaré Roger Federer à propos de sa baisse de régime dans la deuxième manche. "J'essayais d'éviter le tie break, parce que dans ce cas, on ne sait pas ce qui peut se passer. Lui allait être très agressif parce qu'il n'avait rien à perdre. J'espérais qu'en servant bien je pourrais m'en tirer. Il y a eu un peu de bataille au début du jeu décisif. Ensuite, il n'a plus trop bien servi. J'ai réussi à faire de bons échanges et quelques bons retours".
Lui qui avouait avant ce tournoi "je peux réaliser ma meilleure performance à Paris" y croit encore un peut plus maintenant. "Je me suis quand même préparé pour ce difficile parcours., surtout au début du tournoi pour tous mes points de repère avec à peine une heure d'entraînement ici. Je suis excellent pour cela. Maintenant que je suis dans le tournoi, je ne ressens pas trop de fatigue. Cela me laisse plus espérer. Bien sûr, les adversaires sont de plus en plus dangereux. Je dois aussi monter mon niveau de jeu Ce que j'ai réussi à faire aujourd'hui". Et Roger Federer d'ajouter: "Si je n'ai pas fait mieux ici jusqu'alors, c'est que certaines fois des joueurs ont mieux joué que moi. Au début je n'étais juste pas assez fort. Après  7 ou 8 fois sont passées et j'ai eu deux occasions de mieux faire. C'est pour ça que c'est un plaisir d'être en demi, mais ce n'est pas encore un soulagement.