Amélie Mauresmo Caroline Garcia
Amélie Mauresmo et Caroline Garcia après la victoire de la France contre l'Italie | GIUSEPPE CACACE / AFP

Les Bleues veulent passer le "Tchèques out"

Publié le , modifié le

L'équipe de France partira dans la peau de l'outsider lors sa demi-finale de Fed Cup chez les tenantes du titre tchèques. Sur la terre battue d'Ostrava, Amélie Mauresmo a reconduit les héroïnes du quart de finale contre l'Italie. En espérant une issue identique, la capitaine des Bleues a aligné Garcia et Mladenovic en simples, Cornet et Parmentier formant pour l'instant la paire du double.

En attendant un autre heureux événement, prévu en août pour Amélie Mauresmo, une équipe est née en Italie. Menée 2-0 à Gênes par les Transalpines, les Bleues avaient réussi à renverser la situation pour décrocher une qualification en demi-finale de Fed Cup. La France n'avait plus atteint ce stade de la compétition depuis 2007 et une défaite contre l'Italie. En cas d'exploit contre les Tchèques, la France  atteindrait sa première finale depuis dix ans et la défaite contre la Russie à Roland-Garros en 2005. 

Pour y parvenir, la capitaine de l'équipe de France de Fed Cup a sans surprise retenu, Alizé Cornet, Caroline  Garcia, Kristina Mladenovic et Pauline Parmentier pour affronter les tenantes du titre à Ostrava. Mladenovic rencontrera lors du second simple samedi la meilleure joueuse  tchèque Petra Kvitova, N.4 mondiale. Le premier simple opposera la Tchèque  Lucie Safarova, N.13, à Garcia, selon le tirage au sort effectué vendredi. Préférée à Cornet, Mladenovic a été l'artisane du retour victorieux face à l'Italie au  premier tour. Alors que l'équipe tricolore était menée 0-2, elle a d'abord  battu le dimanche Sara Errani en simple, avant d'apporter le point décisif en  double, aux côtés de Garcia. Dimanche, Kvitova rencontrera Garcia, avant le match de Safarova contre  Mladenovic.

Les doubles sont pour l'instant composés d'Alizé Cornet et Pauline  Parmentier côté français, et de Karolina Pliskova et Barbora Strycova côté  tchèque. Mais leur composition est susceptible d'être modifiée. Face aux triple vainqueurs de la Fed Cup depuis 2011 (seule l'édition 2013 leur a échappé), emmenées par la N.4 mondiale Petra  Kvitova, deux fois victorieuse à Wimbledon, les Françaises ne seront clairement  pas favorites. Alizé Cornet, meilleure tricolore au classement mondial, avec sa  24e place, est ainsi devancée par toutes les joueuses tchèques, que ce soit  Karolina Pliskova (N.12), Lucie Safarova (N.13) ou Barbara Zahlavova-Strycova  (N.23).

L'épouvantail tchèque 

"Nous n'avons jamais eu une équipe aussi forte, du point de vue du  classement des joueuses", a noté Ivo Kaderka, le président de la fédération tchèque. "Notre équipe part certes favorite, mais il faut toujours se méfier des  Françaises qui jouent très bien en Fed Cup", a de son côté indiqué Petr Pala, le capitaine, sans vouloir préciser les noms des joueuses censées disputer les simples. Imbattable sur son terrain depuis 2009, l'équipe tchèque a disputé dans l'arène d'Ostrava (12.500 places) deux rencontres victorieuses de la Fed Cup au  cours des trois dernières années: en février 2013 contre l'Australie (4-0) et  en avril 2012 contre l'Italie (4-1).

Côté tricolore, Amélie Mauresmo sait très bien que Garcia, fer de lance de son équipe, doit être mise en confiance et ne s'est pas étendue sur les tournois de préparation de ses joueuses; "La plupart des filles m’ont dit qu’elles allaient jouer à Katowice (dur indoor). Caroline Garcia m’a annoncé qu’elle allait disputer le tournoi de Charleston. Sur le coup, je me suis dit que ce n’était une préparation idéale. Après, je me suis finalement rappelée que l’année dernière, elle arrivait du tournoi de Bogota sur terre battue pour jouer à Saint-Louis sur dur indoor et cela lui avait réussi (deux victoires en simple et une victoire en double). Il n’y pas de règles. Je n’ai pas souhaité me mêler de leur programme individuel". 

Sur la terre battue d'Ostrava, "plus lente que prévu" selon Kristina Mladenovic, les Bleues sont parées pour l'exploit. "La semaine se passe exactement comme d’habitude, dans la bonne humeur, confie Alizé Cornet. Que ce soit une demi-finale ne change pas grand-chose pour nous. On est complètement outsiders, mais on a toutes envie d’aller en finale. Personne ne donne cher de notre peau, mais nous on y croit !"

Julien Lamotte

Fed Cup