Fed Cup : La France, tenante du titre, affrontera la Russie et la Hongrie pour une place en demi-finales

Publié le , modifié le

Auteur·e : Quentin Ramelet
Garcia Mladenovic Fed Cup
Caroline Garcia et Kristina Mladenovic lors de la demi-finale de la Fed Cup 2019. | GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Tenante du titre, la France connaît ses adversaires pour la phase finale de la Fed Cup qui se déroulera du 14 au 19 avril prochain. Kristina Mladenovic, Caroline Garcia et leurs coéquipières devront se mesurer à la Russie et à la Hongrie qui jouera à domicile puisque tout se passera à Budapest, sur terre battue. Pour se hisser en demi-finales, les Bleues devront tout simplement finir premières de leur poule alors que chaque rencontre se jouera au meilleur des trois matches (2 simples et 1 double).

Si Caroline Garcia et Kristina Mladenovic ont été éliminées prématurément ce mardi au premier tour du tournoi de Saint-Pétersbourg, il ne faut pas oublier que c'étaient bien elles qui avaient offert à la France, le 10 novembre, le titre en Fed Cup. Transcendée comme jamais face à la numéro un mondiale du moment, Ashleigh Barty, Kristina Mladenovic avait littéralement porté les Bleues jusqu'au sacre suprême, tant attendu depuis celui de 2003. Pour cette édition 2020, où les filles de Julien Benneteau seront plus scrutées que n'importe quelles autres, tout passera par une première phase de poules qui se déroulera à Budapest.

Sur la terre battue hongroise, les Françaises devront se méfier car elles affronteront une équipe de Hongrie menée par Timéa Babos, partenaire de double de Mladenovic avec qui elles enchaînent les titres en Grand Chelem. La deuxième nation à écarter n'est autre que l'une des plus titrées de l'histoire de la Fed Cup, la Russie. Si aucune joueuse russe ne ressort véritablement du lot (ndlr : Ekaterina Alexandrova, 28e, est la meilleure au dernier classement WTA), il s'agira de faire attention à la densité de cette équipe, forte de quatre femmes dans le top 50 mondial depuis hier. "Ça aurait pu être pire", a réagi le coach français, Julien Benneteau, en conférence de presse. "La Russie, c'est toujours très dangereux", a-t-il immédiatement nuancé. Quant aux Hongroises, "elles vont jouer chez elles, on espère qu'il y aura quand même un peu de public". Quoiqu'il en soit, les Bleues seront favorites et devront en assumer le statut si elles espèrent réaliser un doublé qui serait historique pour l'équipe de France.