La rage de vaincre collective de l'équipe de France de Fed Cup
Explosion de joie dans le camp français, Kristina Mladenovic et Yannick Noah en tête | AFP - Jean-Francois MONIER

Fed Cup - France - Etats-Unis: L'inespéré espoir tricolore en demi-finale

Publié le , modifié le

Victorieuse de la Belgique au 1er tour en février dernier, l'équipe de France de Fed Cup reçoit les Etats-Unis en demi-finale, samedi et dimanche (en direct sur France 4), sur la terre battue d'Aix-en-Provence. L'absence des soeurs Williams augmente les chances françaises, mais pas de beaucoup. Car en face, Stephens, Keys et Vandeweghe sont toutes trois membres du Top 20 mondial. Kristina Mladenovic (20e mondiale), Pauline Parmentier (122e) et Amandine Hesse (204e) font pâle figure. Mais la Fed Cup n'est pas une compétition comme une autre.

Sur le papier, elles n'ont aucune chance. Sans Cornet ni Garcia, non sélectionnées, Kristina Mladenovic, Pauline Parmentier et Amandine Hesse sont face à un mur. L'équipe américaine n'est pas la plus imposante, puisque les soeurs Williams ne sont pas de la partie, alors qu'elles avaient disputé le 1er tour. Mais un trio de joueuses classées parmi les 20 meilleures du monde, cela a de quoi impressionner. Voilà trois raisons de croire aux (petites) chances françaises ce week-end.

La terre-battue, le terrain le moins adapté aux Américaines

Sloane Stephens (9e mondial), la N.1 américaine, est la tenante du titre à l'US Open. Madison Keys (13e mondiale) était son adversaire en finale. Et Coco Vandeweghe avait perdu contre Keys en demi-finale. Cela résume bien le terrain d'expression favori des Américaines: le dur. Le choix de la terre-battue est donc judicieux pour Yannick Noah, le capitaine.

Mais attention, Keys a atteint une fois les 8e à Roland-Garros (plus deux finales à Rome et Charleston) dans sa carrière sans oublier une demie à Charleston au début du mois, et Stephens a remporté un tournoi sur terre (Charleston 2016) et a atteint la 2e semaine des Internationaux de France quatre années de suite (8e entre 2012 et 2015). Elle reste en plus sur une victoire au tournoi de Miami, sur dur. 

La Fed Cup transcende les Françaises

Lors du tour précédant, la Belgique de Mertens (alors 20e mondiale) était tombée face à Kristina Mladenovic. "'Kiki' a été notre leader", soulignait alors Yannick Noah. Deux points de simple plus celui du double aux côtés de la novice Amandine Hesse, la N.1 française avait tout fait. Dominique Monami, capitaine belge, avait été sidérée: "Elle était pour moi quasi invincible". Elle avait pourtant mis fin à une série de 15 défaites consécutives la semaine d'avant, à Saint-Petersbourg.

Aujourd'hui, elle se présente sans dynamique. Eliminée à son 2e match à Indian Wells, au 1er tour à Miami et contrainte à l'abandon pour une douleur au dos la semaine dernière à Lugano au 1er tour, elle n'est pas au mieux. Comme Pauline Parmentier, qui n'a gagné qu'un match sur le circuit principal depuis le début de la saison. Mais la Fed Cup, c'est autre chose. 

Des face-à-face souvent accrochés

Ne cherchez pas un bilan positif pour les joueuses françaises contre les Américaines: il n'y en a pas. Kristina Mladenovic est menée (2-0) par Stephens, (3-1) par Keys et (4-1) par Vandeweghe, théoriquement prévue pour le double. Mais ses deux revers contre la N.1 américaine remontent à 2013, et si elle a perdu les trois derniers duels avec Keys, chaque rencontre a été très accrochée (à chaque match, au moins un 7-5).

Quant à Pauline Parmentier, elle n'a jamais affronté Keys, a perdu deux fois contre Stephens mais a gagné lors de leur seul duel sur terre (2016 à Strasbourg en 3 sets) et accroché Vandeweghe en Australie en début de saison (6-4, 7-6). Dernier problème: le double. Vandeweghe n'a jamais perdu un double en Fed Cup (en 5 rencontres). Mais Kristina Mladenovic n s'est inclinée qu'à deux reprises en 12 matches.

Thierry Tazé-Bernard @thierrytaze