Marion Bartoli et Amélie Mauresmo
Amélie Mauresmo, la capitaine, avec sa N.1, Marion Bartoli | MAXPPP - PQR - L'EST REPUBLICAIN - ARNAUD CASTAGNE

Bartoli, attendue en leader contre le Kazakhstan

Publié le , modifié le

Depuis les retraites d'Amélie Mauresmo, Mary Pierce ou Nathalie Dechy, l'équipe de France de Fed Cup se cherchait une nouvelle chef de file. En parvenant à convaincre Marion Bartoli de mettre fin à huit ans et demi d'absence, la capitaine Mauresmo a peut-être trouvé sa leader. A Besançon, face au Kazakhstan de Shvedova (37e à la WTA), la 14e mondiale devra le montrer, lors du premier match en simple de sa carrière en Fed Cup, contre Voskoboeva (115e mondiale). Dans le deuxième simple du jour, Alizé Cornet (33e mondiale) a toutes ses chances contre Shvedova.

FRANCE - KAZAKHSTAN EN DIRECT SUR FRANCE 4 ET FRANCETVSPORT.FR A PARTIR DE 12H

"Je suis très heureuse d'être là. J'ai hâte de jouer, j'ai hâte de porter ce survêtement (de l'équipe de France, Ndlr), j'ai hâte d'être sur le court et  j'ai hâte de représenter mon pays". Voilà, c'est dit, Marion Bartoli est tombée amoureuse de la Fed Cup. Après 8 ans et demi à expliquer qu'elle ne pourrait pas s'épanouir dans un collectif sans son père, la N.1 française a franchi le pas. Et si la maladie l'a empêchée d'honorer sa première sélection en février dernier à Limoges contre l'Allemagne, elle avait déjà pu goûter l'ambiance. Décidée à se séparer de son père pour tenter de franchir un palier supplémentaire, elle a été soutenue et entourée par l'encadrement de l'équipe. A commencer par Amélie Mauresmo, celle qui a permis aux deux parties de se rapprocher et de se rassembler. Mais elle se cherche encore. Ce n'est pas facile de trouver le successeur à son père, Walter, son entraîneur de toujours, celui qui l'a menée dans le Top 10. Malgré deux tentatives (Novotna et Brémond) en un mois, elle n'a pas encore trouvé chaussure à son pied. Et c'est donc logiquement vers son père qu'elle s'est tournée pour remettre ses idées en place, et surtout son jeu.  "Je ne sais pas encore de quoi ma nouvelle organisation sera faite, peut-être mon papa et un autre entraîneur ou seulement un nouvel entraîneur.  Mais je sais que je pourrai toujours compter sur mon père", glisse-t-elle. Absent depuis le début de la semaine de préparation, son père sera bien présent dans les tribunes ce week-end, "pour m'encourager et me soutenir". 

Le danger du stress

A Besançon, son premier simple disputé dans sa carrière en Fed Cup peut-être à double tranchant. Dans une épreuve par équipes qui peut paralyser (comme Gilles Simon) ou survolter, quel chemin prendra-t-elle ce week-end ? Epanouie, heureuse, elle semble l'être dans ce collectif. Elle doit maintenant le traduire sur le court. Avec son 14e rang mondial, elle est forcément favorite pour ramener ses deux points, contre Galina Voskoboeva (115e) mondiale samedi comme contre Yaroslava Shvedova (37e mondiale), plus à l'aise sur terre-battue que sur le rapide greenset, surface choisie par les Françaises. Et avec Alizé Cornet dans l'autre simple, la France possède une autre chance de rafler la mise pour se maintenir en 2e division. Sans oublier la paire de double formée par par Kristina Mladenovic (51e mondiale) et Alizé Cornet, opposées au duo Pervak (108e) - Karatantcheva (119e). 

Si Marion Bartoli et ses copines sortent victorieuses de cet affrontement, elles se placeront sur la trajectoire fixée par Amélie Mauresmo: "L'objectif à moyen ou long terme est de regagner la Fed   Cup , avec une équipe qui ne sera peut-être pas bien loin de celle de Besançon".

Program​me

 . Samedi (à partir de 12h00):
Marion Bartoli (FRA) - Galina Voskoboeva (KAZ)
Alizé Cornet (FRA) - Yaroslava Shvedova (KAZ)
   
. Dimanche (à partir de 12h00):
Marion Bartoli (FRA) - Yaroslava Shvedova (KAZ)
Alizé Cornet (FRA) - Galina Voskoboeva (KAZ)
Suivi du double:
Alizé Cornet/Kristina Mladenovic (FRA) - Yaroslava Shvedova/Galina  Voskoboeva (KAZ) 

Fed Cup