Travaux d'extension de Roland-Garros
Travaux d'extension de Roland-Garros | Maxppp

Extension de Roland-Garros: le Tribunal administratif de Paris rejette les recours des opposants

Publié le , modifié le

Le Tribunal administratif de Paris a rejeté les recours des associations qui s'opposaient à l'extension du stade de Roland-Garros, a annoncé jeudi la Fédération française de tennis. En ce sens, il est allé à l'encontre de certaines recommandations du rapporteur public.

La justice s'est prononcée sur le fond du dossier, repoussant aussi bien les recours contre les permis de construire concernant le "triangle historique" du stade de la Porte d'Auteuil, que ceux destinés à empêcher la construction d'un stade dans une partie des Serres d'Auteuil.

"C'est une grande victoire pour le tennis et les élus de la Fédération", a déclaré Jérémy Botton, directeur général de la FFT, assurant que les travaux seraient livrés, comme prévu, entre 2018 et 2020, avec notamment la couverture du court Philippe-Chatrier et le court paysagé semi-enterré dans les Serres d'Auteuil en 2019. Les opposants ont encore des possibilités de recours en appel, lequel ne sera toutefois pas suspensif des travaux.

Le 19 janvier, le rapporteur public avait recommandé au tribunal administratif l'annulation des permis de construire pour l'extension sur une partie des Serres d'Auteuil, nuançant toutefois son propos en soulignant que l'irrégularité supposée avait déjà été rejetée à différents stades de l'instruction. 

Au civil, le Tribunal de grande instance avait rendu un jugement le 10 novembre 2016, sur le fond du dossier, validant le projet, alors que le Conseil d'Etat avait rejeté l'annulation des permis de construire le 3 octobre 2016.

Jeu, set et match pour la FFT

Le projet avait été lancé en 2011 par la Fédération, qui avait privilégié une extension sur son site historique de la Porte d'Auteuil à un déménagement sur un nouveau site. "En écartant la cinquantaine de moyens d'illégalité soulevés, le Tribunal consacre la légalité des permis de construire de ce projet crucial pour l'avenir du tournoi de Roland-Garros et le tennis français. La Fédération Française de Tennis se félicite que le droit et la raison l'emportent enfin", a indiqué l'instance dans un communiqué intitulé "

"C'est un écoeurement" exprime-t-on du côté des associations opposées à ce projet. "On sacrifie une fois de plus pour des raisons pseudo-économiques, le fleuron des jardins botaniques de Paris, pour servir le tennis quinze jours par an", regrette-t-on notamment à France Nature Environnement, rappelant que, dans un premier temps, le rapporteur public avait recommandé l'annulation du permis de construire dans les Serres d'Auteuil.

Christian Grégoire