Alexandr Dolgopolov
Alexandr Dolgopolov | CLIVE BRUNSKILL - GETTY IMAGES NORTH AMERICA - AFP

Dolgopolov a porté secours à Drouet

Publié le , modifié le

"L'affaire Tomic" n'a pas fini de faire parler. Ce lundi soir, c'est le joueur ukrainien Alexandr Dolgopolov qui a reconnu avoir porté secours à Thomas Drouet, samedi aux abors d'un hôtel officiel du Masters 1000 de Madrid, alors que celui-ci gisait sur un trottoir, victime des coups de John Tomic, le père de Bernard Tomic, 53e joueur mondial.

Le Français, qui avait participé à la Coupe Davis avec Monaco, était le sparring-partner du joueur australien depuis six mois. Il a reconnu que le comportement de John Tomic à son égard n'avait jamais été très respectueux mais l'altercation de samedi a atteint des sommets de violence. Cette altercation l'a conduit à l'hôpital où il a été soigné pour une fracture du nez et une blessure aux vertèbres cervicales. 

"Je n'ai pas vu ce qui s'est passé", a dit Alexandr Dolgopolov après sa défaite au premier tour de l'épreuve madrilène face au Néerlandais Robin Haase (6-3 6-7 6-2). "Avec mon père, on a découvert le sparring-partner de Bernard allongé sur le sol et on s'est évertué à l'aider. Il n'était vraiment pas bien. Parfois, il était conscient, parfois non. Il luttait pour ne pas s'évanouir. On lui a donné de l'eau en attendant l'ambulance." Le 23e joueur mondial a aussi révélé que tous les jours parlaient de cette affaire dans les vestiaires du Masters 1000 de Madrid. "On en parle beaucoup entre nous. C'est énorme. Maintenant, personne n'a rien vu mais on devine un peu...", a-t-il dit, confirmant sans le dire que le milieu connaît parfaitement le caractère de John Tomic, qui est réputé pour ses coups de sang et qui risque, d'une part, une interdiction de circuit par l'ATP et, d'autre part, une peine de prison et une amende de la part de la justice espagnole.

John Tomic, qui a plaidé la légitime défense, et Thomas Drouet feront de nouveau face à la cour le 14 mai prochain dans un tribunal de Madrid après une comparution immédiate lundi qui a vu les deux parties opposer leurs versions des faits.