Novak Djokovic
Le toucher de balle de Novak Djokovic | AFP

Djokovic en finale

Publié le , modifié le

Déstabilisé la veille par les rafales de vent qui ont écourté le début de cette demi-finale face à David Ferrer, Novak Djokovic a rectifié le tir ce dimanche en remportant les trois dernières manches (2-6, 6-1, 6-4, 6-2). Le tenant du titre visera un sixième "Majeur", ce qui le placerait à la hauteur d'un Stefan Edberg ou d'un Boris Becker. En finale, il devra batailler avec Andy Murray qui court toujours après un sacre en Grand Chelem.

"C'est un énorme soulagement", a lâché le N.2 mondial, sans doute conscient qu'il n'avait pas pris le match par le bon bout. "David est un très grand compétiteur, et c'est aussi un joueur en grand forme physique", a commenté le Serbe. Participant à sa troisième finale d'affilée à l'US Open, Djoko n'a pas caché son plaisir d'être de nouveau au rendez-vous. "C'est vrai que j'adore jouer ici, j'adore ce public. C'est une ambiance assez unique, et c'est un lieu que l'on adore assurément", a-t-il dit.

Djokovic: "C'est bien sûr un grand soulagement d'en avoir fini en quatre sets. Je me suis senti bien plus à mon aise sur le court aujourd'hui qu'hier. De toute évidence, les conditions étaient beaucoup plus brutales et Ferrer s'y était bien mieux adapté que moi. Cela ne m'a donc pas gêné d'avoir à interrompre le match".

Totalement déboussolé la veille par le vent qui soufflait sur New York, "Nole" a probablement plus apprécié le fait de devoir reprendre ce match le lendemain, au contraire d'un Ferrer qui sentait plus ses coups. "On priait tous les deux pour qu'il y ait moins de vent, mais il faut dire qu'il s'en est beaucoup mieux sorti hier avec le vent", a analysé l'ancien N.1 mondial qui va participer à une neuvième finale du Grand Chelem (dont cinq victoires).

En finale, Djokovic qui a remporté 27 matches d'affilée sur dur en Grand Chelem, se présentera avec la faveur des pronostics face à Andy Murray. Sa dernière défaite date d'il y a deux ans, en finale de l'US Open face à Rafael Nadal.

Romain Bonte