Yannick Noah a un léger doute sur son avenir en Coupe Davis

Yannick Noah a un léger doute sur son avenir en Coupe Davis

Publié le , modifié le

Battue en demi-finale de Coupe Davis par la Croatie, l'équipe de France va-t-elle devoir se trouver un nouvel entraîneur pour l'édition 2017 ? Dans une interview à L'Equipe, Yannick Noah reconnaît s'interroger sur la poursuite de l'aventure. Si il est quasiment sûr -à "90%"- de continuer, le capitaine des Bleus veut s'assurer qu'il a l'adhésion de son groupe.

Qu'elle est loin l'euphorie de la nomination de Yannick Noah à la tête de l'équipe de France de Coupe Davis... Un an plus tard, l'euphorie a laissé la place aux doutes entre élimination aux portes de la finale et tension à l'intérieur et à l'extérieur du groupe France. Ces tensions ont conduit Yannick Noah a se questionner sur la poursuite de l'aventure à la tête de cette équipe de France. "J'avais besoin de les entendre une dernière fois avant de prendre ma décision qui interviendra dans les jours à venir" a raconté Noah dans une interview à L'Equipe. Dans le détail, Noah poursuit: "Il y a encore deux, trois coups de téléphone à passer avec les joueurs pour m'assurer que j'ai bien tout compris. Je suis prêt à repartir. Mais je veux avoir des confirmations avec certains pour savoir qu'on est vraiment bien en phase, que tout est clair".

Noah : "J'ai morflé"

C'est autour d'un repas, payé par Richard Gasquet samedi soir, que l'équipe de France de Coupe Davis s'est réunie pour la dernière fois de la saison. "On a fait un tour rapide de la situation, explique Noah. [...] Je voulais faire le point, voit dans quels états d'esprits ils étaient. [...] Cette saison, il y a eu des belles satisfactions et des déceptions. Moi j'ai un peu morflé". Cette confidence de Yannick Noah a de quoi étonner et en fond on se demande si les tensions nées, de sa nomination, du premier tour en Guadeloupe ou encore de l'investissement de chacun à différents moments de la saison n'ont pas abîmé la passion du capitaine pour le poste. "De deux choses l'une. Soit j'ai vraiment le sentiment que je peux apporter quelque chose, soit je sens que je ne l'ai pas et je m'échappe pas juste pour être capitaine quoi", pose-t-il.

Un problème de communication ?

Même s'il insiste pour dire que son métier, "ce n'est pas de faire de la com'", Yannick Noah veut "préserver l'image de son groupe" et régler les choses à l'intérieur plutôt que dans la presse. "Je préfère une belle bonne grosse engueulade dans le vestiaire" rappelle Noah. S'il est prêt à repartir au combat, Noah ne le fera que s'il sent que ses ouailles sont à 100% derrière lui. 

Christophe Gaudot @ChrisGaudot