L'équipe de France de Yannick Noah
L'équipe de France de Yannick Noah | AFP

Coupe Davis - Noah reprend Tsonga, Pouille, Gasquet, Mahut et Herbert pour le 1er tour et annonce sa dernière saison

Publié le , modifié le

Pour défendre son titre gagné de haute lutte contre la Belgique à Lille en novembre dernier, Yannick Noah a communiqué une sélection sans révolution. Pour le 1er tour, contre les Pays-Bas, début février (2-4 février) à Albertville, il s'appuiera sur son groupe vainqueur en finale: Jo-Wilfried Tsonga, Lucas Pouille et Richard Gasquet, ainsi que la paire de double Pierre-Hugues Herbert et Nicolas Mahut. Par rapport à Lille, il n'a donc pas repris un 6e joueur, en l'occurrence Julien Benneteau. Et n'a pas rappelé ni Gaël Monfils, ni Gilles Simon. Mais il a annoncé que ce serait sa dernière saison sur la chaise.

"Quelle que soit l'issue, c'est ma dernière saison". Finalement, face à une composition d'équipe attendue et prévisible sans révolution, la principale information réside dans cette annonce, faite par Yannick Noah. Après un temps de réflexion, après que les rumeurs aient parfois annoncé son intention de quitter le bateau, le capitaine de l'équipe de France de Coupe Davis a annoncé qu'il prendrait place sur sa chaise de capitaine pour la dernière campagne. "Il était très clair avec le président (de la FFT) que, pour moi, c'était saison après saison. Je pense que trois ans c'est très bien, je n'ai jamais fait plus que ça", a-t-il expliqué, évoquant "d'autres projets de vie".

Revenu comme capitaine de Coupe Davis en 2015, ayant ramené le Saladier d'Argent en 2017 16 ans après la dernière victoire française, il n'ira pas au-delà de 2018. Avec l'ambition d'être la première équipe française depuis les glorieux Mousquetaires à conserver ce trophée, et ainsi imiter les Tchèques, les derniers à avoir victorieusement défendu leur titre en 2013. "Je pense qu'on a l'équipe pour le faire", estime-t-il. "J'ai beaucoup d'espoirs, je crois en mon équipe. Comme l'année dernière, je pense qu'on a un bon coup à jouer cette saison. Si on joue à notre niveau, on peut gagner. Je rempile uniquement pour ça. Si jamais ça ne se passe pas comme on le rêve, comme on l'espère, il sera temps de passer à autre chose"

Pas de Monfils, Benneteau et Simon

Pour débuter cette ultime campagne, il a décidé de reconduire son groupe, victorieux à Lille. Mais dans le Nord, il avait pris six joueurs, pour avoir une soupape de sécurité en simple comme en double. Pour affronter les Pays-Bas à Albertville début février, il a préféré ne pas rappeler Julien Benneteau, très marqué par sa non titularisation en double lors de la finale et qui a clairement fait part de son mécontentement, même s'il a répété son amour pour cette épreuve. Tombeur de David Goffin à l'Open d'Australie, il aurait pu prétendre à une place. Il a préféré se passer également de Gaël Monfils, pourtant vainqueur du tournoi de Doha en début de saison, voire de Gilles Simon, vainqueur du tournoi de Pune. 

Bref, il a joué la continuité pour ce match qui se jouera sur dur, face à une équipe dont seul Robin Haase fait partie du Top 200 (43e mondial).