Stan Wawrinka
Stan Wawrinka | AFP PHOTO/GOH CHAI HIN

Wawrinka ne répond plus à un mois de la Coupe Davis

Publié le , modifié le

Stan Wawrinka n’a rien d’un numéro 4 mondial en ce moment. Très en deçà de son meilleur niveau, incapable de gagner un match en octobre, le numéro 2 suisse inquiète ses fans à quatre semaines de la finale de la Coupe Davis opposant les Tricolores aux Helvètes. Et si c’était la chance de l’équipe de France ?

L’automne ne réussit pas à Stan Wawrinka ! On le savait mais ça se confirme au fil des semaines. Malgré sa très bonne première moitié de saison, Wawrinka est clairement le maillon faible de l’équipe suisse de Coupe Davis. Pendant que le Maestro Roger Federer retrouve son meilleur tennis, le Lausannois s’englue dans les prestations médiocres voire piteuses.

Battu par Ito et Kukushkin

Sur la tournée asiatique, il s’est incliné d’entrée contre le Japonais Tatsuma Ito (7-5, 6-2) à Tokyo avant de subir d’emblée la loi de Gilles Simon au deuxième tour du Masters 1000 de Shanghai. Mentalement usé par le travail de sape du Français, Wawrinka, qui menait 3-0 dans le troisième set, a craqué et lâché son service à 4-4 en enchaînant quatre fautes directes. Et en début de semaine, le Vaudois a encore fini par craquer dès le premier tour du tournoi de Bâle contre le Kazakh Mikhail Kukushkin (6-4, 6-7 (1/7), 6-3).

A un mois de la finale de la Coupe Davis, Stan the man évolue très loin du niveau affiché en janvier à Melbourne, où il a remporté son premier Grand Chelem en battant notamment Djokovic et Nadal, ou à Monte Carlo où il s’était adjugé son premier Masters 1000 en dominant Federer.

Pression nouvelle et fatigue

Ses deux quarts de finale en Majeurs cet été (battu par Federer à Wimbledon et par Nishikori à New York) ont masqué des résultats moins convaincants depuis mai (défaite au premier tour à Roland-Garros face à Garcia-Lopez, défaite contre Anderson au troisième tour à Toronto et en quart face à Julien Benneteau ( !) à Cincinnati).

Ces échecs répétés devant des joueurs largement à sa portée laissent craindre le pire quand Wawrinka devra affronter Jo-Wilfried Tsonga, Richard Gasquet ou Gaël Monfils du 21 au 23 novembre à Lille. Ils sont probablement autant dus à la fatigue d’une saison harassante qu’à l’attente suscitée par ses probants résultats, mais ils ne rassurent pas les Suisses. Maintenant, les Français savent bien qu’un match de Coupe Davis n’a rien de comparable à une simple rencontre du circuit ATP. Surtout une finale…