Tsonga Llodra double Pays-Bas 2009
Michael Llodra et Jo-Wilfried Tsonga lors de leur première association en Coupe Davis en 2009 | AFP - Robert Vos

Tsonga-Llodra, l'artillerie lourde de sortie

Publié le , modifié le

En associant Michael Llodra, traditionnel pilier du double, à Jo-Wilfried Tsonga, l'homme en forme de Wimbledon, Guy Forget a mis en place un duo de tueurs. Faisant partie des meilleurs serveurs du circuit, les deux hommes ont également une énorme présence au filet, sans oublier un coup droit destructeur. Contre Petzschner-Kas, bons joueurs de double, ils vont devoir trouver les automatismes, ce qu'ils avaient déjà fait en 2009 en barrages aux Pays-Bas.

SUIVEZ LE MATCH EN DIRECT DES 13H

Le double, c'est une affaire d'entente, d'automatismes, de réflexes, de savoir-faire dans le jeu offensif. C'est d'ailleurs pour cela que les meilleurs du monde en simple ne sont pas toujours les meilleurs du monde en double. Un constat amplifié par le peu d'entrain à mener de front les deux circuits chez les ténors. En début d'après-midi, Michael Llodra et o-Wilfried Tsonga vont passer un vrai test. Car il ne faut pas s'y tromper, le duo Philipp Petzschner - Christopher Kas n'est pas à pendre à la légère. Le premier occupe le 24e rang mondial en double, le second le 27e. S'ils ne jouent pas ensemble sur le circuit, Petzschner évoluant avec Jurgen Melzer alors que son compatriote joue plutôt avec un autre Autrichien, Alexander Peya, ils sont habitués à disputer des matches à deux. Et cela compte énormément, lorsque le score est serré, les points accrochés, la tension intense.

Pour faire exploser ce duo, Guy Forget a donc sorti la "Grosse Bertha". Michael Llodra, c'est le 28e rang en simple et le 7e en double (associé à Zimonjic). Jo-Wilfried Tsonga, c'est la 14e place en simple, le 191e en double, un exercice qu'il pratique beaucoup moins que les trois autres joueurs. Mais au-delà des chiffres, les deux hommes ont des qualités idéales pour briller en double. "Le double, je le vois bien", n'a pas hésité à dire un Forget visiblement confiant. "C'est plus simple pour nous que pour eux qui sont au pied du mur. Nos adversaires seront redoutables, comme ils l'ont été aujourd'hui. Mais j'ai confiance dans ce double." Tsonga-Llodra vont jouer ensemble pour la cinquième fois, et la deuxième fois en Coupe Davis. En 2009, ils avaient été chargés de sauver la patrie en match de barrage à Maastricht, ce qu'ils avaient fait au terme d'un match laborieux. Si tout le camp tricolore espère une manière plus en adéquation avec leur statut, la victoire sera encore l'essentiel.

Même sur la terre-battue, les services des deux hommes demeurent leur point fort, et il faudra être très performant en retour pour leur subtiliser. En coup droit, ce sont des coups de canon à répétition, l'association d'un gaucher avec un droitier leur offrant bien des options pour finir les points, le centre du terrain étant pour eux deux en revers. Enfin, au filet, "Mika" est une référence alors que "Jo" a démontré à Wimbledon, notamment face à Roger Federer en quarts de finale, qu'il était capable du meilleur. Encore faut-il le faire au bon moment, en ayant apprivoisé ce retour sur terre après ce passage glorieux sur herbe. "Peu importe le niveau de jeu, c'est plutôt la manière dont je vais réussir à amener Jo dans ses meilleures dispositions qui compte: ça veut dire aller souvent vers lui, essayer de dégager quelque chose autour du double. Même à l'entraînement, on a essayé de pas mal parler. Je n'ai pas la science infuse, mais au niveau de l'attitude, de la détermination, il faudra être irréprochable", lance Michael Llodra, qui se sait attendu après deux dernières sorties moins convaincantes en double en Coupe Davis. En menant (2-0) après les simples de vendredi, les Français ne sont pas sous pression, au contraire des Allemands. A qui cela va profiter ?