Coupe Davis équipe de Serbie
De gauche à droite: Bogdan Obradovic, Viktor Troicki, Novak Djokovic, Janko Tipsarevic et Nenad Zimonjic | AFP

Troicki-Tipsarevic, quel joker pour le "Djoker"?

Publié le , modifié le

La Serbie attend monts et merveilles de Novak Djokovic, bête noire des Français présents en finale de la Coupe Davis. Mais en cas de faux-pas du N.1 serbe, la victoire passera peut-être par les mains de Janko Tipsarevic, héros de la demi-finale contre les Tchèques, ou Viktor Troicki, vainqueur du tournoi de Moscou après être passé à deux doigts de battre Djokovic et Nadal en tournois. Deux hommes redoutés par les Français.

Novak Djokovic est le pilier de l'équipe de Coupe Davis de Serbie. En ayant un bilan nettement positif contre tous les joueurs français hormis Jo-Wilfried Tsonga (2 victoires contre 5 défaites) et Michael Llodra (1 victoire, 1 défaite), le 3e mondial est l'homme par qui la victoire en finale doit passer. C'est donc la pression de tout un peuple qui va s'exercer sur ses épaules, d'autant que sa place en double pourrait le mettre en situation d'enchaîner trois matches en trois jours avec l'objectif de tout gagner. Contre Monfils (0 défaite en cinq matches), Simon (1 défaite en six matches) ou Gasquet (1 défaite en quatre matches), il partira largement favori. Mais Bodgan Obradovic, le capitaine, ne peut pas se contenter de mettre tous ses oeufs dans le même panier. Cela tombe bien, avec Viktor Troicki et Janko Tipsarevic, il dispose de deux jokers pouvant décrocher le Saladier d'Argent pour la première fois.

Viktor Troicki et Janko Tipsarevic ne sont pas connus du grand public. Mais ceux qui suivent un peu le tennis les connaissent pour être des joueurs pouvant donner du fil à retordre à tout le monde, y compris à Roger Federer ou Rafael Nadal. Si l'on s'en tient au classement mondial, le premier nommé dispose d'un petit avantage avec son 30e rang mondial (contre le 49e à son compatriote), et surtout d'une très belle fin de saison. Vainqueur du tournoi de Moscou en octobre en ayant battu notamment Tsonga, demi-finaliste à Bâle en ayant disposé de Gasquet, le joueur de 24 ans est passé à deux doigts de faire tomber le N.1 mondial et son compatriote Djokovic depuis le mois de septembre. Sa dynamique personnelle pourrait lui donner un avantage décisif dans la sélection serbe, si Tipsarevic n'avait pas réalisé une demi-finale d'un autre monde, rapportant ses deux points de simple aux dépens de Berdych et Stepanek, alors que son chef de file se battait avec sa fatigue. Dans la si chaude ambiance de la Beogradska Arena, il a su faire face aux attentes du public dans un 5e match décisif, ce qui pourrait ne pas être à négliger ce week-end en finale. Avec des styles de jeu différents, mais en commun une combativité et un talent venant compenser certains passages à vide lorsque la motivation n'est pas suffisante, les deux joueurs sont plus que des recours pour suppléer un possible faux-pas de Djokovic. "C'est biend e voir que les joueurs serbes ont de bonnes sensations ces derniers temps", disait à leur sujet le N.1 serbe lors du tournoi de Bercy. Les deux postulants ont également en commun de n'avoir pas joué sur le circuit depuis de longues semaines, ne s'alignant pas à Bercy par choix (Troicki) ou par obligation due à son mariage (Tipsarevic). Frais, auront-ils un rythme suffisant, l'entraînement ne remplaçant jamais les matches ?

Si chacun présente des atouts dans sa dynamique individuelle, reste à savoir lequel réussit le mieux contre les joueurs français. Hormis Richard Gasquet, qu'il a battu à Bâle voici quelques semaines lors de leur seul affrontement, et Monfils et Llodra, qu'il n'a jamais affronté, Viktor Troicki n'a jamais battu Gilles en quatre confrontations. Pour Janko Tipsarevic, le bilan est plus contrasté face à des joueurs qu'il a peu croisés: une défaite contre Simon et Gasquet, une victoire contre Llodra, et deux victoires et deux défaites contre Gaël Monfils, dont le dernier affrontement perdu à l'US Open cette saison contre le Parisien. "Je n'aimerais pas être à la place de Bogdan Obradovic", glisse Guy Forget, comme pour mieux détourner l'attention de ses propres interrogations. Rafael Nadal a livré son analyse de cette finale: "Les deux points en simple de Djokovic sont vitaux pour la Serbie. Et le double sera crucial pour la France."

Entre l'expérience de l'homme aux lunettes, la fougue du plus jeune, le choix est épineux. "Il a commencé à jouer en Coupe Davis à l'âge de quinze ans!", rappelle Djokovic à propos de Tipsarevic, son modèle avant qu'il ne le dépasse. Avec 25 victoires en 34 simples, ce-dernier, dont les débuts remontent au 24 mai 2000 face à Monaco, présente effectivement un historique bien plus impressionnant que Troicki (5 succès en 10 matches). "Il n'y a pas de compétition entre nous, Janko a été énorme en demi-finale, s'il joue je ne le prendrai pas mal", assure Troicki. "Si je ne joue pas mais qu'on gagne la Coupe Davis, je serais comblé", abonde Tipsarevic. Depuis plusieurs semaines (encore plus que d'habitude), le groupe serbe de Coupe Davis a joué l'unité sur le circuit, chacun venant soutenir son compatriote. Cette union sacrée, pour parvenir au premier couronnement de la Serbie, pourrait bien représenter l'une des clés de la rencontre.