Andy Murray
Le Britannique Andy Murray rageur | AFP - JUSTIN TALLIS

Simon proche de l'exploit, mais Andy Murray élimine la France en quarts

Publié le , modifié le

Passé tout près de mener deux manches à zéro, Gilles Simon a fini par couler face à Andy Murray, dans le quatrième match des quarts de finale de Coupe Davis entre la Grande-Bretagne et la France. Le N.3 mondial, qui n'avait perdu que deux fois en 14 rencontres contre le Français, a pris le dessus pour s'imposer 4-6, 7-6 (7/5), 6-3, 6-0. Il rapporte ainsi son troisième point personnel et le troisième de son équipe, qui se qualifie ainsi pour les demi-finales, ce qui ne lui était plus arrivé depuis 34 ans. La Grande-Bretagne jouera l'Australie en demie.

Un premier set solide. Un break réalisé d'entrée de la deuxième manche, mais perdu à (4-3). Puis, un avantage de 4 points à 1 dans le jeu décisif, et même (5-4). Gilles Simon est donc passé à deux points de mener par deux manches à une face à un joueur qui l'avait battu 12 fois de suite entre 2008 et 2014, et contre lequel il n'avait gagné que deux fois. Cette fin de deuxième set a été le véritable tournant du match.

Vidéo: Le gain du 2e set par Murray

Jusque-là, Andy Murray ne trouvait pas de solution pour dominer le Français. Pendant longtemps, il a commis des fautes grossières, notamment en coup droit, donnant l'impression qu'il avait peut-être une gêne physique, lui qui avait chuté lourdement la veille lors du double. Pire encore, il ne parvenait pas à faire la différence en fond de court. Et comme le 11e mondial ne lui donnait pas beaucoup de points gratuits, jouant même sa chance en rentrant dans le terrain sur des balles trop courtes de son adversaire. 

Vidéo: Le gain du premier set par Simon

Mais en raflant cette deuxième manche après 72 minutes d'un combat intense qu'il pensait même perdre lorsqu'il avait dû sauver des balles de double-break, l'Ecossais retrouvait sa percussion, son rythme, son jeu. Et il se servait parfaitement du public pour récupérer toute l'énergie venant des tribunes. Le rouleau compresseur accélérait en plus avec un break d'entrée (1-0), puis un deuxième juste après (3-0). Gilles Simon tentait de reprendre ses esprits en effaçant le premier (3-2). Mais il ne lâchait plus sa proie. A 5-3, il se procurait une balle de break en profitant d'une énième glissade de son adversaire juste après son service. Et il ne la laissait pas passer en pliant la manche sur un lob (6-3) en 42 minutes.

Ce gazon, véritable force pour Andy Murray déjà vainqueur à quatre reprises du tournoi du Queen's et de Wimbledon (une fois le tournoi, une fois le tournoi olympique), était le cimetière des derniers espoirs tricolores. A (1-0) pour Murray et sur une deuxième balle de break, Gilles Simon alors encore au sol. Le Britannique n'avait plus qu'à poser son coup droit dans le terrain pour s'emparer une nouvelle fois de l'engagement adverse. Les soins prodigués sur la cheville du Français ne faisaient pas de miracle. Le physique n'était plus là, le mental non plus, et Andy Murray était de plus en plus intraitable. Sur sa quatrième balle de match, il validait la qualification de son équipe pour les demi-finales. Et il pouvait lâcher des larmes de joie, et certainement de tension pour un homme qui a dû prendre sur lui et sur sa frustration durant deux manches pour mener ses troupes au succès. C'est la première fois depuis 34 ans que la Grande-Bretagne atteint le dernier carré de la Coupe Davis.

Vidéo: La chute de Simon

Finalement, pour un homme qui avouait lui-même avant la rencontre n'avoir jamais enchaîné trois matches en trois jours, Andy Murray a plus que bien tenu son rôle, son statut. A lui seul, il a renversé la France, finaliste en titre de cette Coupe Davis. Malgré un demi-finaliste et un quart de finaliste à Wimbledon dans ses rangs, la France n'a pas pu renverser le N.3 mondial sur le gazon du Queen's. L'aventure s'arrête ici.

La réaction de Gilles Simon

"Ce n'était pas pour moi  aujourd'hui. Après la première chute, cela allait (dans le premier set). Mais  la dernière (dans le 4e set) m'a fait mal à la cheville. J'ai perdu des points  à cause de ça. J'ai été surpris de tomber aussi souvent mais les conditions  restent les mêmes pour tout le monde. Andy (Murray) a su être plus stable sur  ses jambes (...) J'ai manqué d'un peu d'agressivité et de réussite dans ce  match, en particulier dans le deuxième set. J'ai mené et il m'a débreaké à 4-4.  Cela ne s'est pas joué à grand-chose à ce moment-là. Le tie-break ne s'est pas  joué à grand-chose non plus. Je savais que le passage serait dur au troisième  set mais cela allait, je sentais que je pourrais jouer un peu plus longtemps.  J'ai eu le sentiment de l'avoir amené où je voulais. Je sais qu'il peut jouer 8  heures d'affilée: j'aurais dû en mettre plus au filet. Cela aurait été mieux de  gagner le deuxième set. Mais même avec ça, c'était encore loin d'être gagné  contre lui."

La réaction d'Arnaud Clément

 ​La réaction d'Andy Murray