Gilles Simon dépassé par John Isner
Gilles Simon dépassé par John Isner | VALERY HACHE / AFP

Simon battu, France et Etat-Unis à égalité

Publié le , modifié le

Gilles Simon n'a pas trouvé de solution face au géant américain John Isner, onzième mondial, lors du deuxième match de Coupe Davis opposant la France aux États-Unis. Le Français s'inclinent sèchement en trois manches 6-3 6-2 7-5 en deux heures et sept minutes. Auparavant, Jo-Wilfried Tsonga avait apporté le premier point à la France en battant Ryan Harrison, sur le score de 7-5 6-2 2-6 6-2 en trois heures de jeu. Les deux équipes sont à égalité 1 à 1.

Sur le central de Monte-Carlo, l'assistance a longtemps assisté à une rencontre entre un senior (Isner) et un junior (Simon). Déjà vainqueur de Roger Federer au premier tour en Suisse et sur terre  battue, Isner, N.11 mondial, a confirmé qu'il était devenu un  épouvantail sur tous les terrains et une vraie locomotive pour son équipe,  privée d'Andy Roddick, en retrait, et Mardy Fish, forfait. Malgré un service moins performant que d'habitude (9 aces et 8  double-fautes), le géant de 2,06 m a nettement dominé un joueur classé  seulement deux places derrière lui et censé être avantagé sur cette surface.

Simon impuissant

Mais pour son premier grand match de Coupe Davis en France, Simon est passé  à côté de la rencontre, lâchant prise d'entrée pour s'enfoncer dans un  cauchemar dont il a seulement réussi à entrevoir la sortie au troisième set. Arrivé sur le tard mardi après le forfait de Gaël Monfils, il est longtemps  apparu inhibé et sans solution tactique face aux frappes fulgurantes de son  adversaire qui a tenté d'abréger les points au maximum.  Au final, le Français n'a jamais réussi à prendre le service d'Isner alors  qu'il a perdu le sien quatre fois pour un revers qui le conforte dans ses  doutes.

C'est seulement au troisième set que Simon, plus agressif, est sorti de sa  coquille pour s'offrir plusieurs ouvertures avec une balle de 5-3 et même une  balle de set à 5-4 sur le service d'Isner, écartée d'un coup droit supersonique. Au jeu suivant c'est l'Américain qui a réussi le break sur un réflexe étonnant au filet en conclusion d'un point magnifique. "Ça a été un match très difficile. J'ai cédé mon service un peu tôt et  quand il est devant il est vraiment très impressionnant. J'ai un peu de regrets  dans ce troisième set mais malheureusement ça ne sourit pas toujours", a réagi  Simon dans la foulée.

En sept simples à enjeu en Coupe Davis, le N.2 français n'en a remporté  qu'un seul, en 2011 face au vétéran autrichien Stefan Koubek. Le bilan devient  pesant. Plus tôt, Tonga avait fait le métier comme on dit face au jeune Harrison. Pas forcément encore très à l'aise sur le terrer battue du Monte-Carlo Country Club, le N.1 Français a ramené le premier point attendu face au moins bon des États-uniens. Comme attendu, le double opposant samedi Michaël Llodra et Julien  Benneteau aux frères Bob et Mike Bryan, l'une des meilleires paires de ces dernières années, s'annonce crucial. ". Le double va être déterminant" a reconnu le capitaine Guy Forget. Décisif comme souvent.

RENDEZ-VOUS SAMEDI DES 14H SUR LE SITE SPORT.FRANCETV.FR POUR SUIVRE LE DOUBLE

L'Espagne tranquille

'Espagne menait 2 à 0 devant l'Autriche en  quart de finale de la Coupe Davis après les nettes victoires de Nicolas Almagro  et David Ferrer dans les deux premiers simples, respectivement face à Jurgen  Melzer (6-2, 6-2, 6-4)  et Andreas Haider-Maurer (6-1,  6-3, 6-1 en 1h25). En l'absence de leur vedette Rafael Nadal, les Espagnols, tenants du titre,  ont pris une avance importante, sans céder un seul set, face à des Autrichiens  impuissants, en partie gênés par le vent sur la terre battue de la côte  valencienne.

Déclarations

Gilles Simon: La Coupe Davis, c'est  difficile. A chaque fois on joue des adversaires qui tiennent la route aussi.  Je n'ai pas à rougir non plus. Maintenant la rencontre n'est pas encore finie  et si jamais je dois retourner sur le court à 2-2 j'espère que ce sera une  autre histoire."
John Isner: "En me réveillant ce matin je  sentais que ça allait être un belle journée pour moi et ça a été le cas. J'ai  très bien joué, c'est aussi simple que ça. Je n'ai pas tellement bien servi  mais mon coup droit a fonctionné à merveille. Sur la fin, Gilles (Simon) a  mieux joué et je m'attendais à ça. Ce n'est pas facile de conclure face à un  joueur de ce calibre. Je réussis un des points les plus fous de ma carrière à  un moment décisif, sur la balle qui me donne le break à 6-5."
Guy Forget (capitaine de l'équipe de France): "Gilles (Simon) est tombé sur  un Isner impressionnant qui restait sur des victoires sur Federer et Djokovic  et qui a confirmé son nouveau statut. Se retrouver à 1-1 après la première  journée pouvait être prévisible. Le double va être déterminant. Si on le gagne,  on va être extrêmement bien placés. Si on le perd ça sera compliqué mais pas  impossible. Maintenant ça peut se jouer sur un coup de dé."

Mathieu Baratas